Vernissage du duo The Blue Noses "A la Russe"

Thursday, July 8, 2010 18:00-21:00 CEST




Description:
30/06/2010 - 31/07/2010

Un projet pour la galerie « In Situ » Fabienne Leclerc

Avec l'aide du Perm's Contemporary Art Museum et du Siberian Centre of Contemporary Art, Novosibirsk

Tout artiste russe travaillant pour un projet pour l'anniversaire des « Ballets Russes » (et pendant l'année de la Russie en France, qui plus est) se trouve confronté à cette question: doit-il jouer avec les divers clichés concernant la Russie et les Russes?

Une grande part de ces clichés fut inventée par les Français, au cours des longues relations Franco-Russes.

Voici à quoi cela ressemble:

Pendant des siècles, la France avait incarné l'ensemble de la culture européenne. Elle était à l'avant-garde du progrès, et insufflait à l'Europe des nouveaux styles. Les aristocrates russes préféraient parler le français, s'exprimant dès lors si pauvrement dans leur langue maternelle, qu'ils s'en trouvaient exposés au ridicule. Même le poète Pushkin, considéré comme fondateur de la littérature russe, apprit avant tout autre langue à parler le français.

Le Siècle des Lumières créa en France une sorte d' « illusion russe ». L'impératrice Catherine II avait entretenu une correspondance avec Diderot et Voltaire, afin d'édifier et de légitimer son rôle de dirigeante éclairée. Suite à cet échange, Voltaire était convaincu qu'en France Tout était mauvais, tandis que la Russie restait un pays bon et bien où la véritable liberté d'expression demeurait. A Paris, seuls les Russes pouvaient prétendre connaître la vertu des valeurs françaises. Néanmoins, Voltaire n'embarqua jamais pour la Russie.

Le Marquis de Custine, s'étant rendu à St Pétersbourg suite à une invitation par Nicholas I, fut surpris par la réalité russe éloignée de l'image véhiculé en Europe. Face à ce constat, il inventa la « russophobie ». De Custine définit la Russie en tant que « prison des peuples », « terre des esclaves » et « tyrannie asiatique ». Plus tard, ces mots furent cités plus d'une fois par V. I. Lénine.

Afin de forger l'opinion publique avant son invasion de la Russie, Napoléon I inventa « la menace russe ». Dans ce but, il emprunta la falsification du testament de Pierre le Grand, selon laquelle ce n'était pas Napoléon, mais la Russie qui visait la conquête de l'Europe entière; ainsi, Napoléon n'avait évidemment d'autre choix que de contrer cette agression.

Plus tard, ce fut le vicomte de Vogüé, qui inventa « l'âme russe » et qui mit à la mode « la grande littérature russe » - Tolstoy, Dostoyevsky, Chekhov, et bien d'autres. Selon de Vogüé, l'âme russe serait comme le borsch ou l'okroshka - des soupes, constituées de nombreux ingrédients imprévisibles. Il considérait ses compatriotes français comme trop cyniques et trop matérialistes, tandis que les russes, possédait toutes les caractéristiques opposés.

Un seul Russe audacieux - Sergey Dyagilev - qui entreprit de briser les mythes français qu'ils avaient eux-même fabriqués. Grâce à Dyagilev, le monde connut les exotiques « ballets russes » et autres « avant-garde russe ». Dès lors, les ballerines américaines choisissèrent des noms aux sonorités russes, et les Français recommencèrent à décrypter « l'âme russe ». On retrouve aujourd'hui tous ses éléments dans les oeuvres de Werber ou de Beigbeder.

Est-il possible de prolonger l'exploitation de ces âneries?

The Blue Noses ont choisi de le faire, produisant un medley avec « la beauté russe », « l'avant-garde russe », « la tyrannie russe » et autres fantasmes français, unis en des objets formalistes, évoquant vaguement les icônes, les gonfalons et les palaces de contes de fée; en armure suprématiste et avec pour arrière-plan des motifs folkloriques de Palekh et de Khokhloma; tout ça orchestré par la musique de Stravinsky. Les « beautés » elles-même apprécient tout à fait ceci.


The Blue Noses est un groupe artistique, formé en 1999 par les artistes sibériens Viacheslav Mizin et Alexander Shaburov. Ils ont participé à la 50éme et 51éme Biennale de Venise, à la 1ére, 2éme et 3éme Biennale d'Art Contemporain de Moscou, et à d'autres expositions internationales. En 2007, le groupe devint paradoxalement célèbre lorsque le Ministre de la Culture Russe, A. Sokolov, interdit le transport de leurs oeuvres à l'exposition « Sots Arts » à Paris, et les traita de « honte pour la Russie ».

Ils ont coopéré avec la galerie « In Situ » Fabienne Leclerc (Paris), M. & J. Guelman Gallery (Moscou), Galerie Volker Diehl (Berlin), Hans Knoll Gallery (Vienne, Budapest), Loushy Art & Projects (Tel Aviv), Art Issue (Beijing, Séoul), D&B Studio (Milan), et Ethan Cohen Fine Arts (New York).
Pendant l'année de la Russie en France, The Blue Noses prendront part à des expositions à Paris, à Nantes et à Lyon.

Vernissage du duo The Blue Noses "A la Russe"
Location:
In Situ Fabienne Leclerc (Click here to get informations about In Situ Fabienne Leclerc)
43, rue de la Commune de Paris
Komunuma
93230 Romainville
M° Bobigny - Pantin - Raymond Queneau
France
Phone : +33 (0)1 53 79 06 12
Fax : +33 (0)1 53 79 06 19
Mail : galerie@insituparis.fr
Twitter account : GalerieInsitu
Instagram account : galerieinsitu
Internet Site : www.insituparis.fr

Open the map in a new tab
Date: Thursday, July 8, 2010
Time: 18:00-21:00 CEST
Duration: 3 hours
Category: Art & exhibition opening*
Keywords / Tags: The Blue Noses
Number of times displayed: 1187

 



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2020 - Tous droits réservés

WebAnalytics