Vernissage de l'exposition "LUCIFER SAM - PUMP UP THE VOLUME"

Saturday, July 24, 2010 18:00-22:00 CEST




Description:
Galerie INTUITI présente TRISTAM / Vernissage LUCIFER SAM - PUMP UP THE VOLUME

Vernissage : samedi 24 juillet 2010 de 18h à 22h
Exposition : du 24 juillet au 32 août 2010 (à la demande de l'artiste !)

ADAKOR…

A l'origine c'est un tableau pop, un hit, un succès, un tube que Tristam décline à l'envi jusque sur des posters, des t-shirts…Ensuite c'est une envie : celle de voir évoluer son sujet du plat de la toile vers le volume de la sculpture. Voici donc cette femme asiatique, esthétique, brillante et polie, lisse, sortie de l'image pour changer de dimension, conservant dans l'action, identiques, à la fois posture et prospective. Héroïne soumise au grand conquérant, au guerrier du Pacifique, qui, en file ordonnée, escalade, déterminé, la jambe, la cuisse, l'intime, pour y aller planter le symbole de sa mainmise sur la planète. C'est un épisode de la grande histoire, une photographie ancienne et un peu floue, une reproduction anecdotique, un fake, un montage. Et ces minuscules soldats parvenant à avoir une emprise sur la masse sont à rapprocher de ces petits replis communautaristes de l'Amérique d'aujourd'hui, qui bien que minoritaires, circonviennent la majorité et représentent un véritable danger pour la démocratie. Artificiel et impressionnant. A rapprocher aussi de ce mouvement rotatif, perpétuel, que sont les métissages et les évangélismes culturels, leurs corollaires. Tristam est adepte du métissage qui mélange, pas de celui qui recouvre. Il faut savoir conserver les belles choses. La culture japonaise dès lors, fut très influencée par la vision occidentale. Elle sut intégrer, mâcher, puis régurgiter, façonner selon ses goûts. Aujourd'hui c'est l'inverse qui se produit. L'occident s'empare du kawai touch. C'est pourtant derrière l'écran, qu'il faut aller plonger, là où se découvre l'authentique culture japonaise. Celle qui va loin, qui explore jusqu'aux plus ultimes fantasmes au sein du cercle privé, à mille lieues des puritanismes de l'occident, coincé entre ses extrêmes, ses belts et ses Texans.

Couleurs superstars, flashs débridés, pointes de cynisme teintées d'humour façon comic strip, un brin d'obsessions compulsives, un intérêt assumé pour le non conformisme, pour les libertés, pour les grandes idées, les utopies des années 60… qui le font aujourd'hui sourire mais n'en demeurent pas moins les bases polymorphes des influences proto-punk et surréalistes de l'artiste au même titre que les figurines manga, les BD qu'il sur-collectionne, l'anticipation, la littérature russe, Huysmans, Himes ou Conan Doyle, K.Dick aussi. Et un leitmotiv : la curiosité ! Si une chose peut sauver le monde dit Tristam, c'est la curiosité. C'est par elle que l'on accède à la connaissance, donc à la compréhension et à la tolérance. C'est ainsi que l'on peut éviter les conflits. Impossible pourtant, à l'évidence, ajoute-t-il, de vivre dans un monde égalitaire, du fait de la nature profonde de l'être humain. Il y a aura toujours des faibles, il y aura toujours des forts. C'est immuable. Se questionner. Lire. Un livre par jour. N'être pas fataliste. Ne pas tendre non plus, vers un idéal, car l'intérêt des hommes ce sont leurs défauts. C'est pour leurs défauts ou malgré eux, que l'on aime nos amis. Ce qui est important c'est de faire ses choix sans exploiter quiconque, en jouant le jeu du partage, de l'empathie. Se mettre à la portée de l'autre, trouver des terrains d'entente. Echanger. Apporter quelque chose dans l'échange et repartir avec autre chose . Un peu d'aura, d'ego, de talent… Surtout, rester fasciné par les gens. Par leur regard. Leurs réactions. Par leurs interprétations de l'œuvre. Les explications qu'ils donnent auxquelles il n'aurait jamais pensé. Et ce principe est réversible. De ces observations, de sa réflexion sur la perception, est né le syndrome du ADAKOR… Une sorte d'ingrédient supplémentaire, de deuxième vision, qui fait, du coup, que l'objet dépasse sa fonction pour devenir aussi témoignage, histoire, désir, évidence. Et Tristam de citer Duchamp, qui disait que l'artiste est celui qui regarde.

Aaaah, d'accord !
Location:
Galerie Gratadou-Intuiti (Click here to get informations about Galerie Gratadou-Intuiti)
Galerie Intuiti
16, rue des Coutures Saint-Gervais
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Saint-Paul
France
Mobile : +33 (0)6 82 83 26 29
Mail : cg@galerie-intuiti.com
Twitter account : GalerieIntuiti
Instagram account : galerieintuiti
Internet Site : www.galerie-intuiti.com

Open the map in a new tab
Date: Saturday, July 24, 2010
Time: 18:00-22:00 CEST
Duration: 4 hours
Category: Art & exhibition opening*
Number of times displayed: 1100

 



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2018 - Tous droits réservés