Vernissage de Robert Irwin "way out west"

Saturday, October 16, 2010 15:00-20:00 CEST




Description:
samedi 16 octobre - samedi 20 novembre

La galerie Xippas est heureuse de présenter la première exposition monographique de galerie en France de Robert Irwin. Figure incontournable de la scène artistique de Los Angeles des cinq dernières décennies, membre fondateur du mouvement « Light and Space », Irwin est l'un des artistes les plus influent du XXème siècle.

Près d'une quinzaine d'oeuvres lumineuses, conçues spécialement pour la galerie sont présentées. Ce travail récent d'une fascinante beauté explore la relation entre la lumière et la couleur, ou plus exactement la façon dont les couleurs se modifient dans l'espace en prenant en compte les effets que les passages entre les tons, leur température et leur densité lumineuse suscitent. Robert Irwin renoue ici avec le désir de créer des objets d'art, et se réconcilie peut-être avec les préoccupations formelles du peintre de la première période de son oeuvre, sans pour autant se défaire de l'approche phénoménologique d'un art qui excède les limites de l'objet.

Les installations lumineuses ont ceci de singulier qu'elles n'imposent pas des effets jouant sur le spectaculaire, mais s'ouvrent à la sensibilité et la perception de chacun, permettant ainsi autant de lectures de l'oeuvre qu'il il y a de regards pour la ressentir. L'art de Robert Irwin est toujours une adresse à l'esprit du spectateur libéré de tous préjugés qui, par l'expérience vécue, s'ouvre à une conscience élargie du monde, et installe sa perception dans une équivalence entre le sentiment et l'intellect, entre la beauté et la vérité.

Les oeuvres de Roberts Irwin figurent dans les plus grandes collections muséales. De nombreuses institutions ont consacré son travail : le Dia Center de New York en 1999, le MoCA de Los Angeles en 1993, le San Francisco MoMA en 1985, Le Whitney en 1977, le MoMA New York en 1970 ... Il a réalisé le Pavillon américain de la Biennale de Venise 1976. Plus récemment, en 2008, le Musée d'art contemporain de San Diego a présenté une grande exposition constituée d'oeuvres nouvelles.A ce jour, les seules expositions consacrées à son oeuvre en France furent celles du Musée d'art moderne de la ville de Paris en 1993 et du Musée d'art contemporain de Lyon en 1997.

Le vernissage de l'exposition de Robert Irwin se tiendra en présence de l'artiste le 16 octobre 2010, à partir de 15h. A cette occasion la galerie Xippas célébrera les 20 ans jour pour jour de l'ouverture de la galerie.

Voir c'est oublier le nom de ce que l'on voit

« Seeing is forgetting the name of the thing one sees » est le titre de la passionnante conversation avec Lawrence Weschler en 1982, (rééditée par expended Editions, 2008), une traversée de l'ensemble de la carrière de Robert Irwin, l'un des livre qui a considérablement influencé toute une génération de jeunes artistes.

La recherche d'Irwin durant cinquante années de création peut apparaître comme un démantèlement progressif des dogmes de l'art jusqu'à sa matérialité même, par une remise en question rigoureuse de ses propres certitudes, sans concession, ni compromis avec le spectaculaire. Entre 1954 et 1968, Robert Irwin est l'un des peintres important de la jeune scène californienne qui se déploie autour de la mythique Ferrus Gallery. Depuis un langage gestuel et coloré issu de l'expressionnisme abstrait, son oeuvre a progressivement évolué vers une peinture minutieuse telle que la série des dots paintings, 1964-66, où de minuscules points verts et rouges sur toute la surface confèrent une aura hypnotique à la toile blanche, inscrivant la perception du spectateur dans le champ expérimental. L'oeuvre Untitled (disc), 1967-69, marque un moment charnière. Ici l'ombre des cercles d'acrylique thermoformé sur le mur révèle la teinte exacte de la forme avec laquelle elle se confond. Grâce à ce jeu d'optique évanescent, Irwin parvient à supprimer les limites qu'imposait le tableau, et trouble le spectateur dans son appréhension de l'objet d'art et de son apparence, et surtout dans l'idée que l'apparence puisse être considérée comme objet d'art. Il réalise par la suite Column, 1970, une sculpture verticale en acrylique transparent dont la présence n'est perceptible que par le reflet de tout ce qui l'entoure.

Dans le cadre d'un programme de recherches entre l'art et la technologie initiés par le LACMA (Los Angeles County Museum of Arts) entre 1968 et 71, il travaille avec Dr.Edward Wortz, chef de laboratiore d'un programme spatial, et invite à cette occasion un jeune artiste à le joindre dans ses recherches du nom de James Turell. C'est à cette période qu'Irwin décide de ne plus travailler en atelier. Il se déleste de toute son oeuvre, toute sa collection, tous ses matériaux et passe le plus clair de son temps dans le désert du Mojave pour éprouver l'espace sans limite. Ces expériences le conduisent à concevoir des projets in situ, qu'il appelle « conditional art », où les oeuvres sont déterminées par les conditions mêmes des lieux qui les accueillent. Avec One wall removed, 1980, Irwin remplace le mur de façade de la Malinda Wyatt Gallery par un écran translucide de fine toile blanche extensible, laissant apparaître des variations infinies de lumière traversant l'espace vide depuis les deux lucarnes encastrées au plafond.

Depuis une quinzaine d'années, l'oeuvre de Robert Irwin s'est développée dans des projets d'envergures considérables, situant plus largement le rôle de l'artiste dans la société. Il conçoit et réalise des jardins, comme celui du célèbre Getty Museum, à Los Angeles, ou le « Palm Garden » qu'il met actuellement en oeuvre pour le LACMA ; il a également aménagé les espaces architecturaux comme à la DIA Beacon de New York ou des projets d'aménagement d'espaces publics tels que l'aéroport international de Miami.

Grand théoricien, son oeuvre est indissociable d'une lecture éclairée de l'histoire de l'art et de la modernité, dont, nous n'avons pas encore, selon lui, résolu les questions fondamentales qu'elle soulève. Ses thèses sont imprégnées de philosophie, et du courant phénoménologique en particulier qui, de Husserl à Merleau-Ponty, ne dissocie pas la pensée de la perception, et s'affranchit volontiers des a priori de la connaissance pour reposer les questions de l'art, de la science ou de l'histoire. Le Musée d'art contemporain de Lyon a publié avec les éditions Skira un recueil de ses écrits en esthétique. Irwin s'est également beaucoup investi dans l'enseignement, à Chouinard, UCLA, et UC Irvin. Il compte parmi ses anciens élèves quelques noms aussi prestigieux que Chris Burden, Maria Nordman, Vija Celmins ou Ed Ruscha.... Les conférences de Robert Irwin sont toujours d'une clairvoyance magnifiquement articulée, où l'auditeur, conduit par un langage sans artifice, ouvre des portes en série pour toucher à l'essence du geste artistique.
Location:
Galerie Xippas (Click here to get informations about Galerie Xippas)
108, rue Vieille du Temple
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Filles du Calvaire, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 40 27 05 55
Fax : +33 (0)1 40 27 07 16
Mail : paris@xippas.com
Twitter account : galeriexippas
Instagram account : xippasgalleries
Internet Site : www.xippas.com

Open the map in a new tab
Date: Saturday, October 16, 2010
Time: 15:00-20:00 CEST
Duration: 5 hours
Category: Art & exhibition opening*
Keywords / Tags: Robert Irwin
Number of times displayed: 1495

 



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2018 - Tous droits réservés