Vernissage Isabelle Lévénez "Poussière dansant dans un rai de lumière verte"

Saturday, November 6, 2010 18:00-21:00 CET




Description:
Exposition du 6 novembre au 23 décembre 2010
Vernissage le samedi 6 novembre à partir de 18h

Au-delà du principe de réalité

Pour ceux dont la fréquentation du travail d'Isabelle Lévénez est ancienne, et pour en informer quelque peu les autres, une idée très simple semble venir tout naturellement à l'esprit : le corps qu'elle met si souvent en scène - encore que l'expression laisse entendre plus qu'une « façon de parler » - n'a qu'une présence fugitive, impersonnelle, inadéquate même, car ce que l'artiste semble viser se situe toujours au-delà ou en deçà, ailleurs en tout cas.

Pourtant, ce corps est toujours là et, tout comme le nôtre (celui dont nous éprouvons la fermeté, l'étanchéité, voire la porosité), celui qui apparaît à l'écran a sa pleine consistance. L'incarnation qu'il implique n'est pas amoindrie par la vidéo ou la photographie ; au contraire, ce corps peut sembler très présent, rendu trop humain par le grossissement de l'objectif. Dans le dessin, qui accompagne immanquablement les images obtenues par reproduction mécanique ou électronique, c'est plutôt une allusion de corps, des silhouettes que l'on entrevoit : ce qui reste après certaines opérations aussi essentielles que l'absorption, la mastication, la vue, la pénétration, la parole. La bouche, l'œil, la main, les membres, rarement d'autres organes s'y associent de diverses manières, mais d'aucune qui ne soit réelle - réaliste en quelque sorte. Ainsi, celui qui les observe attentivement peut prendre conscience de ce paradoxe : entre le monde de l'image « réelle » (vidéo ou photo), celui du dessin et cet autre, dont nous n'avons pas encore parlé et qui est pourtant si présent - celui de l'écriture -, de nombreux échanges s'opèrent, de l'ordre du signe et de la connotation de l'un par l'autre ; pourtant, ils ne paraissent pas véritablement connectés entre eux. Il demeure une limite, une frontière par où, certainement, quelque chose peut passer mais qui ne se situe jamais complètement dans l'ordre du visible.

Depuis bientôt quatre ans, l'artiste revient sur des images antérieures, mêlées aux nouvelles, chaque étape de ce processus entraînant des écarts - suppressions, effacements, ou bien assimilation et transformation. La poussière dansant dans un rai de lumière verte provient du souvenir très précis qu'elle garde d'une peinture de Vilhelm Hammershøï (1864-1916) et du sous-titre que ce dernier a donné à l'œuvre : Rayon de soleil, Poussière dansant dans un rai de lumière (1900, musée d'Ordrupgaard, Copenhague). L'imprégnation progressive d'éléments perçus, visuels ou non, fait intimement partie du processus de travail. Une fois restituée, la continuité de cet échange disparaît, n'en laissant que les traces - comme un rayon de lumière matérialise la poussière, alors que celle-ci, pour nous, n'existait pas avant et n'existera plus après. Elle écrit : « Se situer à la limite de l'image, à l'endroit d'un manque dans lequel chacun peut projeter du réel. » et aussi : « Elle filme pour dire qu'elle est là et ailleurs à la fois. » et, enfin, disant je cette fois : « J'efface un lieu pour en créer un autre pour tout recommencer. Je brouille les pistes ».

Ce texte n'est pas une introduction, il serait plutôt une postface, l'esquisse d'une description de plusieurs années de travail et d'expériences qui menèrent Isabelle Lévénez à prendre de plus en plus en compte l'espace - l'espace réel, celui dans lequel vous pénétrez. De ces tentatives qui la font marcher souvent dans les pas de Bruce Nauman (Mapping the studio, entre autres), l'exposition du centre d'art de Pontmain, « Visions », en 2008, fut l'une des plus radicales : ceux qui ont eu la chance de l'expérimenter se souviennent d'une quasi-annulation de la pesanteur, d'une pénétration dans le bleu - d'une compénétration devrait-on dire plutôt, de la lumière avec le corps, au point que les frontières s'estompaient réellement et que l'image vidéo n'était que le vestige sensible du fait qu'il y eut un corps, un instant plus tôt.

François Michaux

Recettes d'IL :
Pour être au centre du monde et rester caché des autres
Immobilisez vous au cœur d'un paysage
Attendez le silence de l'image pour paralyser la fuite de votre corps
Puis plongez en vous-même

Isabelle Lévénez aime à manier les contraires et l'ambiguïté. Les images, les titres de ses œuvres, les phrases qu'elle écrit sont autant de « jeux d'ombres et de lumières qui définissent la posture générale de l'artiste, développé par les multiples pièces de son travail tournant autour du thème du secret », nous proposant une réalité fragmentée, un jeu entre innocence, rêves et fantasmes, entre douceur et violence.

Pour sa première exposition personnelle à la Galerie Isabelle Gounod, l'artiste présente une installation vidéo (2010) « Poussière dansant dans un rai de lumière verte ». Ces vidéos présentées sur des écrans encastrés dans des cloisons rouges, offrent des fragments d'images d'un paysage nocturne filmé en infra rouge, baignant dans une lumière verte, accentuant ainsi la tension du regard, celui de l'artiste qui observe la scène.

Le corps absent de l'image est néanmoins omniprésent : il est caché, dissimulé. Il est question ici de corps/paysage, du corps absent qui demeure objet inquiétant et intriguant, corps de tous les désirs.

L'artiste confirme dans ce dispositif son intérêt pour l'exploration du corps comme espace à découvrir, réaffirmé dans ces images par l'élaboration de son espace intérieur, de sa vision du monde. Celle installation est associée à un mur d'écriture à la craie, forme d'expression qu'Isabelle Lévénez utilise comme un matériau, en écrivant directement sur le mur de la main « gauche », une phrase répétée. Il s'agit ici du titre de la pièce : « Poussière dansant dans un rai de lumière verte ». Autre versant de l'expression d'Isabelle Lévénez, les dessins à l'encre aquarelle, associés à des feuilles d'écriture à la craie.

« La lumière chez Isabelle Lévénez ne sert pas tant à éclairer qu'à mettre en évidence cette part manquante plus ou moins opaque, plus ou moins effrayante. L'art se noue pour elle aux signes de la dépossession. Il prend sa source dans la longue histoire du clair-obscur pour laquelle voir implique naturellement fantasmes et rêveries. »

Catherine Francblin, 2007

« La part manquante » in catalogue de l'exposition "Bleu, blanc, rouge" Galerie Duchamp, Yvetot.


Isabelle Lévénez est née à Nantes en 1970. Elle vit à Trélazé (49) et enseigne depuis 2001 à l'Ecole supérieure des Beaux Arts d'Angers.

Depuis 1991, son travail explore et interroge le corps comme espace à découvrir, motif et sujet central de l'œuvre, à travers plusieurs medium : dessin, installation vidéo et photographie.

En 2001 elle a obtenu le Prix de la Villa Médicis hors les murs (Los Angeles).

Son travail est régulièrement exposé en France et à l'étranger, New-York, Boston, Milan, Berlin, Moscou, Bratislava, Budapest, Prague, Amsterdam, Rotterdam, Ottawa, Tokyo, Reykjavic...

Différents lieux lui ont consacré des expositions personnelles et collectives, notamment : « Impressionnisme et Art Vidéo : la lumière en écho » Rouen (2010), "Conversations intimes" Musée de Beauvais (2010), Isabelle Lévénez « Portraits fragmentés, vidéos/dessins » - Musée des Beaux-Arts d'Angers (2009), ARTE video night" Centre Pompidou - Paris (2009), "Pierres, feuilles, ciseaux" Musée de la chasse Paris (2009), "Masques" galerie Aéroplastics Bruxelles (2009), "(Des) accords communs" FRAC Haute Normandie (2009), Festival vidéo d'Osaka -Japon (2009), "Visions" - Centre d'art de Pontmain (2008), Rencontres internationales Paris/Berlin/Madrid, Musée Reina Sofia Madrid (2008), Exposition de leur temps 2 - Coll. privées la DIAF - Musée de Grenoble (2007), « Noli me tangere » CCC Tours (2006), « Ultra peau » Palais de Tokyo (2006), "Bleu, blanc, rouge" Galerie Duchamp à Yvetot (2006), "profils" oeuvres des coll. du FNAC et des FRAC Musée Péra Istambul et Musée Bénaki Athènes, « Corps-Ecran » Espace Paul Ricard (2005), Le Lieu unique à Nantes (2004), Centre d'art de St-Fons (2002), Frac Haute-Normandie (2002), Centre national de la photographie (2001), Frac Alsace (2000), Musée Zadkine Paris (1999), Fondation Guerlain, Paris (1999), La Box à Bourges (1997)...

Ses œuvres sont présentes dans les collections privées et publiques : FNAC Île de France, FRAC Bretagne, FRAC Haute Normandie, FRAC Alsace, Musée des Beaux Arts d'Angers, du FNAC Ile de France, FDAC Seine Saint-Denis, Maison Européenne de la Photographie, Collection de la SACEM...

Vernissage Isabelle Lévénez "Poussière dansant dans un rai de lumière verte"
Location:
Galerie Isabelle Gounod (Click here to get informations about Galerie Isabelle Gounod)
13, rue Chapon
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 48 04 04 80
Fax : +33 (0)1 48 04 04 80
Mail : info@galerie-gounod.fr
Twitter account : GIsabelleGounod
Instagram account : galerieisabellegounod
Internet Site : www.galerie-gounod.com

Open the map in a new tab
Date: Saturday, November 6, 2010
Time: 18:00-21:00 CET
Duration: 3 hours
Category: Art & exhibition opening*
Keywords / Tags: Isabelle Lévénez
Number of times displayed: 1501

 



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2015 - Tous droits réservés