Vernissage de Ralph Gibson "CODA"

Friday, November 5, 2010 18:00-21:00 CET




Description:
du 5 novembre au 10 décembre 2010, prolongée jusqu'au 24 décembre 2010
Inauguration en présence de Ralph Gibson et présentation de l'ouvrage "CODA" le vendredi 5 novembre à partir de 18h

dans le cadre du mois de la photo 2010

"Toute ma vie j'ai été photographe...J'ai photographié plein de choses, pour différentes raisons. Mais une seule chose devient une évidence: je suis simplement aussi bon que ma prochaine photographie. C'est qui compte le plus...Pour cette raison, je trouve merveilleux de découvrir chaque jour, de développer un nouveau rouleau de film.
Quelle belle façon de vivre."
Ralph Gibson

La Galerie LWS présentera en collaboration avec la MEP des oeuvres devenues icônes de Ralph Gibson ainsi qu'une sélection de photographies récentes réalisées aux USA, Thaïlande et Cambodge entre 2009 et 2010.
L'ouvrage éponyme « CODA » publié aux éditions Au Pont des Arts sera présenté par l'artiste.
Une soirée événement est prévue à l'auditorium de la MEP à l'occasion de la présentation de la nouvelle performance musicale de Ralph Gibson.

Réaliser des livres

En 1959, j'étais un jeune lieutenant photographe à bord du USS Tanner. à mes heures perdues, j'explorais la bibliothèque du navire. Un mince volume attira mon attention. C'était les Quatre Quartettes de T.S. Eliot. Ces poèmes me firent une impression forte et étrange. La cadence des mots suscitait des images qui provenaient de leur position même sur la page. Ce n'est que dix ans plus tard que j'ai commencé à comprendre le véritable sens de l'enchaînement des images sur une page. La succession des photographies dans The somnambulist était le résultat direct et l'approfondissement des sentiments que j'avais éprouvés des années auparavant, dans la bibliothèque du navire. Les mots-formes d'Eliot sur la page parlaient de bien des façons, précis mais jamais trop littéraux. J'étais attiré par ce genre d'expérience, et je sais maintenant que c'était l'un des aspects sous lesquels le processus créatif devait se révéler dans mon propre travail. II existe sûrement des exemples analogues de ce phénomène.

Une exposition de mes tirages dans une galerie ou dans un musée révèle ma relation au médium photographique. On peut immédiatement y voir mon attitude à l'égard de la pellicule, de la lumière, des objectifs et de la manipulation de l'appareil. Un livre, néanmoins, est une autre histoire. Un livre dévoile mes réflexions au sujet de mes photographies et du contexte dans lequel elles sont destinées à être vues. C'est là une distinction importante. Le contexte, comme Marcel Duchamp l'a très clairement montré, fait tout. On percevra d'une façon totalement différente un beau torse nu intitulé « Les seins de Venus », et la même photographie sous le litre «Toujours aucun traitement contre le cancer du sein ». Dans un livre, je peux avoir l'entière responsabilité du contexte des travaux.

Les Grecs de l'Antiquité ont inventé le concept du proscenium au théâtre. Derrière le proscenium tout était possible; la réalité s'arrêtait devant l'arche qui dominait la scène. Le titre d'un livre de photographies fonctionne un peu de la même manière. Le litre informe l'observateur du contexte dans lequel les images doivent être vues. Je peux commencer un projet de livre avec 10 ou 15 images en tout et pour tout. Les premières doubles pages, en général au nombre d'environ quatre ou cinq, donnent le ton de la séquence qui doit suivre. La séquence est alors modifiée par les ajouts d'images plus récentes, au fur et a mesure qu'elles arrivent. Le litre donne le ton et le point de départ du travail à suivre. Cela peut continuer pendant des années; certains projets s'étendent sur toute une vie. Je fais des photographies en France et en Italie depuis plus de 30 ans. C'est également vrai pour le nu. On ne parvient jamais au bout de telles recherches.

Alors que le spectateur, dans une exposition de photographies, est libre de se promener à sa guise dans la galerie, un lecteur tient le livre à une certaine distance spécifique de ses yeux, et il est généralement assis dans un fauteuil bien éclairé qu'il préfère. Cette distance du regard est presque toujours la même d'une personne à l'autre. En gardant cela à l'esprit, je suis assuré que certaines relations spatiales entre les images seront cohérentes, et qu'elles seront vues d'une façon semblable par tous les lecteurs. Je peux bâtir sur ce principe. Vient ensuite l'enchaînement des doubles pages, souvent connu pour créer un récit non spécifique, ou une linéarité elliptique. L'ensemble des images excède la somme des parties. Les livres peuvent parler de tout, mais lorsqu'il est réussi, un livre est une chaîne ininterrompue de bonnes décisions.

Ralph Gibson

Vernissage de Ralph Gibson "CODA"
Location:
Galerie Lucie Weill & Seligmann (Click here to get informations about Galerie Lucie Weill & Seligmann)
6, rue Bonaparte
75006 Paris
M° Saint-Germain-des-Prés
France
Mail : contact@galerie-lws.com
Internet Site : www.galerie-lws.com

Open the map in a new tab
Date: Friday, November 5, 2010
Time: 18:00-21:00 CET
Duration: 3 hours
Category: Art & exhibition opening*
Keywords / Tags: Ralph Gibson
Number of times displayed: 2950

 



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2020 - Tous droits réservés

WebAnalytics