Vernissage d'Anouchka de Williencourt

Monday, January 9, 2006 16:00 CET




Description:
du 9 janvier au 9 mars 2006

Je me demande si Anouchka n'est pas née photographe avant d'être fille... Ses premiers regards, en janvier 1972 ont dÛ lui révéler ce que d'autres mettent des années à déchiffrer : que les apparences du monde ne sont que fards, esbroufes, qui recèlent des merveilles pour qui sait les démasquer. Anouchka interroge sans cesse ce qu'elle voit comme une archéologue en quête de sens.

Dans notre monde d'images, parfois asphyxiantes à force d'envahissantes, Anouchka plonge, en apnée, sans jamais se satisfaire des évidences. Son regard s'aventure à jouer les architectes et élabore des constructions picturales que son appareil magique nous révèle.

Anouchka fait partie des poètes qui ont des yeux pour voir, un regard pour comprendre.

C'est ainsi que ses photos tableaux nous racontent le cheminement de sa perception du monde, depuis un flou proche de la noyade, où l'eau semble liquéfier la réalité, jusqu'à sa rencontre fondamentale avec l'hêtre humain.

Anouchka est insatiable. Elle interroge ses propres images comme un ethnologue s'intéresse à une espèce inconnue, se fait aventurière pour défricher le sens de leurs reflets fantasmagoriques.

Et plus elle avance dans son enquête moins ses photos sont liquides. Au flou de vérités masquées, à la transparence de fantômes hérités, perce un espoir de net. Comme un germe de vie transperce la croûte terrestre, ses photos pénètrent les mensonges ressassés qui contaminent notre quotidien, nous interdisent de percevoir la réalité nue. Net de la vérité incisive qui révèle la réalité.

L'inconscient la mène ainsi par le bout des yeux - comme elle aime à dire - jusqu'au pied de l'hêtre humain, en pleine froidure hivernale.

Anouchka se laisse surprendre par la vision qui s'impose. A tout de suite l'intuition d'une rencontre fondamentale, fondatrice.

Et pendant plus de deux ans elle va interroger cette présence qui l'interpelle, ce pied, cet hêtre aussi planté là qu'elle se sent déracinée de son présent.

Ses photos vont témoigner de son aventure qui la mène d'une enfant sacrifiée à une femme pleine de sève, gourmande de vie.

Apprenant peu à peu qui est cet arbre, elle découvre pas à pas ses racines.

Quand il se révèle hêtre elle se devine humaine ; son enthousiasme la porte à le travestir lui ce semblable si différent... sans l'abattre.

Au contraire, c'est l'écharde de leur histoire qui révélera la nature de chacun. Celle qui déchire toute tentation de comparaison toujours meurtrière ; celle qui enseigne le respect de chacun dans sa différence, sa nature propre, son unicité.

Alors la sève de l'existence peut battre au rythme de la respiration de l'hêtre et de l'humaine, dans la légitimité d'être, soi.

Dans sa rencontre avec l'hêtre humain, quelque chose s'est incarné pour Anouchka. Elle est devenue jardinière de vie, taillant les racines mortifères pour permettre au sang d'alimenter les branches saines. C'est ce pas là, franchi avec un arbre, que danse son exposition sur l'hêtre humain."

Genevieve
Location:
Confluences (Click here to get informations about Confluences)
la galerie
190, boulevard de Charonne
75020 Paris
M° Alexandre Dumas, Philippe Auguste
France
Mail : cecile@confluences.net
Internet Site : www.confluences.net

Open the map in a new tab
Date: Monday, January 9, 2006
Time: 16:00 CET
Category: Art & exhibition opening*
Number of times displayed: 691

 



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2018 - Tous droits réservés