Vernissage de Sonja Koczula

Thursday, December 6, 2012 17:00-21:00 CET




Description:
Du 6 décembre 2012 au 6 janvier 2013
Vernissage le jeudi 6 décembre à partir de 17h

Sonja Koczula. Peinture.

Un bloc de formes sombres se détache d'un fond clair. En dépit de leur présence imposante et leur esthétique plastique, ces formes semblent être en suspens avant d'esquisser un léger mouvement. Un subtil dégradé intérieur détermine les surfaces. Bien qu'un contraste clair-obscur le suggère, aucun noir uni n'est appliqué, mais de subtiles nuances de brun. Une multitude de couleurs transparaît des surfaces claires. Sur quelques bordures le coloris sous-jacent affleure distinctement, et, par endroits, le blanc, tel un glacis, se pose sur une succession de couleurs.

Traces linéaires, sigles graphiques, allusions de contours, minces fils, touches et traînées sertissent les surfaces sombres. Les formes dominantes évoquent une choséité tangible, sans pour autant prendre une forme connue. Elles demeurent dans un stade d'articulations amorphes, qui ne représentent rien, mais qui renvoient à elles mêmes. Avec force elles affirment leur propre vérité.
Ce sont des formations, à la fois présentes et transparentes, portant en elles le processus de leur création.
Un mouvement résonne à travers un espace fait d'une succession de couches, lui-même évoquant un processus.
La construction des formes devient l'évidence d'un événement et d'une évolution, plus que le résultat ou la fixation de celui-ci. Dans un texte Sonja Koczula parle des sujets qui sont au cœur de son travail: elle s'intéresse à la confrontation des signes et des traces, à la dynamique des formes, des signes et symboles auto-conçus.
Ses formations représentent des choses vues et sont à la fois l'ébauche de leur perception et de la communication de celles-ci.
Deux voies mènent Sonja Koczula à ses compositions. D'un côté il s'agit d'un modelage libre et ouvert, souvent sur la base d'esquisses, qui constituent un fonds de formulations, un dictionnaire qui lui est propre. Des lignes et formes émanent d'un geste, un répertoire mémorisé s'actualise et communique avec l'incessante reconstruction des figurations et avec le tracé des lignes dans chaque œuvre.
Le deuxième procédé a trait au remaniement d'images médiatiques, en particulier de photos provenant de quotidiens et de magazines. Parfois les surpeints sont des œuvres autonomes, mais servent surtout de modèle pour images et feuilles. L'artiste utilise de préférence des photos représentant déjà des formes de bloc, qui s'apparentent à des silhouettes dotées de contours distincts, d'une forte présence. Des formes dont la base classique suggère un objet commun, comme une chaise ou un chandelier, sont absorbées pour manipuler les archétypes du quotidien. L'artiste construit ses tableaux sur une réalité transmise et ne travaille pas devant l'objet ou la nature.

Le geste joue un rôle majeur dans les tableaux de Sonja Koczula. Son écriture dynamique et la trace mouvementée qu'elle imprime façonnent principalement ses oeuvres nés de placements libres. Un large éventail de matérialité et de vibrations de la structure des lignes, du tracé, des fils les plus fins jusqu'aux trajectoires les plus larges, activent, c'est vrai, des sentiments élémentaires. Cependant la gestuelle ne signifie pas un renoncement spontané et n'est pas non plus un protocole d'états d'esprit, mais un mouvement graphique, une mise à l'écrit scripturale. En effet, planification et contrôle règnent simultanément. Ces travaux naissent d'un long processus de nombreux surpeints. Ce ne sont pas les impulsions émotionnelles prioritaires qui ont de l'importance, mais les incitations formelles et mentales.Le dessin est sûrement le moyen d'expression de l'improvisation selon des besoins subjectifs, et sur la base d'un répertoire individuel de modèles. Pourtant le dessin en tant que développement de signes est aussi une décision et un filtre, un objectif rationnel et un plan structuré. Un regard attentif sélectionne et assemble, distingue et entremêle, tri et structure. Le processus de la mise en œuvre graphique demande du temps et de la concentration. Il se grave dans la mémoire. Le renoncement aux signes est à la fois leur incorporation.
Cette intensité mentale aussi bien sensuelle que corporelle se transmet dans la contemplation.
Le principe dialogique, qui traverse les travaux de Sonja Koczula, est déjà introduit à travers le contraste clair-obscur. Souvent peinture et dessin sont menés parallèlement, s'enchevêtrant dans un dialogue. Les couleurs passent littéralement au second plan. Certes, ce sont les moments graphiques qui dominent, cependant les tableaux présentent une grande richesse de moments picturaux. Concentration et réduction, obtenues dans le contraste clair-obscur, ouvrent en même temps l'espace utile aux projections et associations.
Par ses contrastes et contrepoints l'artiste vise un stade transitoire, une distance intermédiaire, un moment de désorientation quand un «signe posé avec véhémence et détermination», selon ses propres mots, semble rappeler une chose vue et interroge sur une signification qui est supposée connue. Pour le spectateur le défi consiste à courir sur le fil entre élucidation et énigme.

Les formes défient un propre mode de lecture et «d'interprétation». Il ne s'agit pas de reconnaître, mais de se rapprocher d'un signifiant enveloppant une perception sensuelle, qui, avec ses formes et ses couleurs, ses fragments et son style parle sa propre langue. Le signe garde la signification en suspens et la compréhension en cours. L'artiste met le spectateur sur une piste et l'incite à voyager à travers le tableau. Lors de ce voyage, l'inconnu peut devenir connu. Le bagage du connu sera revisité en s'immergeant dans un autre système de signes. La perception se réarrange. Selon Degas l'ouverture est de loin une plus grande aventure et un plus grand défi que l'accomplissement. A propos d'une œuvre fignolée il disait qu'elle était peut-être accomplie, mais certainement pas commencée.

Dr. Rainer Beßling, Brême
Juin 2012

>> communiqué

Vernissage de Sonja Koczula
Location:
Galerie Gilles Naudin (Click here to get informations about Galerie Gilles Naudin)
GNG
3, rue Visconti
75006 Paris
M° Odéon, Saint-Germain-des-Prés, Mabillon
France
Phone : +33 (0)1 43 26 64 71
Mail : infos@galeriegng.com
Instagram account : galeriegng
Internet Site : www.galeriegng.com

Open the map in a new tab
Date: Thursday, December 6, 2012
Time: 17:00-21:00 CET
Duration: 4 hours
Category: Art & exhibition opening*
Keywords / Tags: Sonja Koczula
Number of times displayed: 1351

 



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2020 - Tous droits réservés

WebAnalytics