Vernissage d'Eléonore de Montesquiou et Barbara Breitenfellner

Saturday, November 11, 2006 17:00-21:00 CET




Description:
jusqu'au 22 décembre
du mardi au samedi de 11h à 19h et le dimanche de 14h à 18h

Par l'installation d'objets et d'images fixes ou animées, les deux artistes proposent des narrations «en pointillé», suscitant autant la curiosité que la perplexité de ceux qui en prennent connaissance...

La rencontre d'Eléonore de Montesquiou et de Barbara Breitenfellner en appelle à une Schöne Logik[1]. Toutes deux proposent par l'installation d'objets et d'images - fixes ou en mouvement - des narrations «en pointillé» suggérant autant la curiosité que la perplexité de ceux qui en prennent connaissance, ne trouvant à les suivre aucune issue clairement assurée.

Le monde de Barbara Breitenfellner semble configuré selon une géométrie non-euclidienne qui en appelle autant à Lewis Carroll[2] que, par certains caractères, à l'univers surréaliste. Barbara Breitenfellner associe des éléments qui n'ont a priori aucune raison d'être rapprochés : elle procède par « tableaux » composés d'alignements disparates d'objets-trouvés, de photographies documentaires ou non suscitant, par leur présentation épinglée au mur ou plaquée sous verre, l'analogie avec le monde souvent étrange des collections: vitrines à papillons ou cabinets de curiosité innombrables depuis la Renaissance jusqu'au XIXe siècle. Pour autant, rien dans cette disposition ne paraît hasardeux, mais au contraire semble tracer avec une détermination sans faille l'indication d'une volonté implacable.

L'Univers d'Eléonore de Montesquiou relève plus directement de la mémoire, intime autant que collective, celle en particulier de ces «Atom Cities» [3] rayées de la carte de l'URSS dont elle témoigne d'un retour semble-t-il incertain dans un présent encore à peine discernable. Eléonore de Montesquiou interroge ainsi le thème de la frontière, celle des anciennes villes closes soviétiques où l'on retrouve ce caractère paradoxal d'une mise en scène dont la précision n'a d'égal que le soin apporté à se conformer aux exigences d'une intemporalité. Le documentaire y est toujours légèrement décalé, exposant un témoignage un peu différé, juste assez distancié pour construire sa propre voie parallèle de manière pour ainsi dire polyphonique, s'inscrivant dans un présent dilaté entre un passé entrevu et un futur inespéré. Bernard Zürcher

[1] Pour reprendre le titre de la récente exposition de Barbara Breitenfellner à Capri, Berlin (22 avril-13 mai 2006)
[2] pseudonyme du mathématicien Charles Lutwidge Dodgson.
[3] Les villes côtières de Paldiski et Sillamäe en Estonie sous domination soviétique entre 1944 et 1991, vouées à la recherche nucléaire et donc totalement closes, retrouvent brutalement une existence légale, mais leur intemporalité n'en finit pas de se dissoudre.

Les Artistes
Eléonore de Montesquiou est née à Paris en 1970. Elle vit à Berlin
Barbara Breitenfellner est née en 1969 à Kufstein (Autriche). Elle vit à Berlin.
Location:
Galerie Zürcher (Click here to get informations about Galerie Zürcher)
56, rue Chapon
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Rambuteau
France
Mail : info@galeriezurcher.com
Internet Site : www.galeriezurcher.com

Open the map in a new tab
Date: Saturday, November 11, 2006
Time: 17:00-21:00 CET
Duration: 4 hours
Category: Art & exhibition opening*
Keywords / Tags: Eléonore de Montesquiou, Barbara Breitenfellner
Number of times displayed: 1392

 



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2020 - Tous droits réservés

WebAnalytics