Remise du Prix Femina 2013

Wednesday, November 6, 2013 13:00-14:00 CET




Description:
Le prix Femina 2013 pour... Léonora Miano

Le prix Femina ne s'est pas toujours appelé prix Femina. Son nom de jeune fille, si l'on ose dire, c'est le prix «Vie heureuse», qu'il a conservé de sa naissance en 1904 jusqu'en 1919. Cette année, il a récompensé une histoire malheureuse.

Cette histoire, c'est celle d'un village africain d'où, un jour, douze hommes ont disparu. Les villageois ne le savent pas encore, comment pourraient-ils le savoir ?, mais la traite négrière commence. Dans sa «Saison de l'ombre» (Grasset), Léonora Miano fait le pari de la raconter du point de vue des principaux intéressés: ceux qui ont vu des proches être capturés. L'occasion de montrer, comme elle nous l'a expliqué dans un grand entretien, ce que l'esclavage a fait à l'Afrique.

Au moment où notre ministre de la Justice se fait traiter de guenon, et où l'on sent la xénophobie monter un peu partout, les dames qui composent le jury Femina ont-elles voulu faire un choix politique? L'hypothèse n'est pas à exclure.

Léonora Miano, récompensée récemment par le Grand Prix du roman métis, l'a en tout cas emporté sur les autres finalistes: au 10e tour avec 5 voix contre Laurent Seksik, auteur d'un roman sur le fils d'Albert Einstein chez Flammarion; mais aussi Pierre Lemaître, déjà décoré lundi par le Goncourt; Charif Majdanali, à qui l'on doit une saga familiale libanaise; et même Céline Minard, dont l'excellent western figurait à la rentrée parmi nos dix romans préférés. La romancière de «Faillir être flingué» n'a heureusement pas tout à fait perdu sa journée pour autant: une bande de joyeux moustachus vient de lui décerner le sympathique prix Virilo.

Grasse semaine pour Grasset
D'autres qui n'ont pas perdu leur journée, ni même leur semaine, ce sont les gens de la maison Grasset. Aux succès de Yann Moix (prix Renaudot en début de semaine) et de Léonora Miano, vient en effet s'ajouter celui de Jean-Paul et Raphaël Enthoven, qui décrochent le prix Femina de l'essai avec leur «Dictionnaire amoureux de Proust» (Plon/Grasset), au premier tour avec 7 voix, contre 3 pour le «Flaubert» de Michel Winock (Gallimard).

Le Femina du meilleur roman étranger, lui, va à Richard Ford, le romancier américain qui trouve que «l'Amérique est dans la merde». Il a été désigné au premier tour avec 6 voix, contre une au «Confiteor» de Jaume Cabré (Actes Sud), une au bel «Esprit d'hiver» de Laura Kasischke (Bourgois) et deux aux «Cent derniers jours» de Patrick McGuinness, qui peut se consoler par ailleurs avec le Prix du premier roman étranger (Grasset encore).

Richard Ford est lauréat pour son somptueux «Canada» (l'Olivier). Un beau choix. La preuve: le roman figurait lui aussi dans notre sélection d'automne.
Location:
Hôtel Le Meurice (Click here to get informations about Hôtel Le Meurice)
228, rue de Rivoli
75001 Paris
M° Tuileries, Concorde
France
Phone : +33 (0)1 44 58 10 55
Fax : +33 (0)1 44 58 10 76
Twitter account : LeMeurice
Instagram account : lemeuriceparis
Internet Site : www.lemeurice.com

Open the map in a new tab
Date: Wednesday, November 6, 2013
Time: 13:00-14:00 CET
Duration: 1 hour
Category: Literature*
Keywords / Tags: Prix Femina, Remise du Prix Femina
Number of times displayed: 643

 



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2020 - Tous droits réservés