Vernissage d'Hippolyte Hentgen "How Sad how lovely"

Wednesday, December 19, 2012 19:00-21:00 CET




Description:
Hippolyte Hentgen a une sympathie particulière pour les revenants sans prétention, les personnages qui font leur réapparition dans l'indifférence générale, puisque leur absence était passée inaperçue. Connie Converse est de ceux-là. Malgré le revival de la folk américaine au milieu des années 1970, elle n'a jamais connu le succès. Le jour où elle a disparu avec sa Volkswagen et sa guitare, personne n'a compris - certains disent qu'elle faisait une dépression. On n'a plus entendu sa voix jusqu'à ce soir d'hiver, quand les ondes ont diffusé sur New York une petite mélodie oubliée. C'était le vieux Gene Deicht qui était revenu de Prague avec une cassette enregistrée trente cinq ans plus tôt dans l a cuisine de Connie.

Comme c'est triste, comme c'est charmant,

Seule à sa guitare l'artiste mineure avait anticipé la bande-son de l'œuvre à quatre mains de Gaëlle Hippolyte et Lina Hentgen. Les images issues de la modernité, épuisées par leur reproduction massive, lessivées par leurs multiples réappropriations, sont ici la matière première du dessin. Il soigne le mal par le mal en recopiant la copie, c'est ainsi qu'il « réchauffe » ces images abandonnées de leurs auteurs et amnésiques de leurs origines : la peinture romantique, les cartoons, l'illustration scientifique, tout est bon dans les fonds de tiroir de la mémoire collective. Alors la « seconde mai n » engendre une rencontre du troisième type ; quels affects peuvent encore susciter ces images déphasées, qui ne font plus peur, ni rire, ni rêver ? Sont-elles condamnées à jouer de leur charme désuet ou mettre en scène leurs efforts afin que l'on s'émeuve un instant de leur infirmité ? Sur deux étages, au Carré Baudouin, le dessin va tenter le tout pour le tout. Il regagne le cadre du tableau, convoque la peinture d'avant-garde, caviarde des magazines de décoration (où des monstres flegmatiques à poils squattent les canapés des bourgeoises), se schématise pour tenter de communiquer. Ailleurs il simule la pédagogie et conquiert son autonomie dans une armée de bannières en tissu molletonné. Dans l'installation inédite Les somnambules, le dessin se lève et marche, se déplie, s'articule, entre en lévitation, une vraie bête de scène ! Passées au scanner et à l'aérosol, ces figures défraichies déploient toutes les astuces possibles pour s'extraire du décor et de leur condition. Mais leurs « re-» créateurs - qui ont dû passer une bonne partie de leur enfance à martyriser des insectes - orchestrent l'évasion de ces personnages tout en les tenant en laisse, pour voir comment ils s'en sortent avec si peu d'atouts. Indifférents à ces sournoiseries (ils en ont connu d'autres), ils errent, dignement, entre deux dimensions.

Julie Portier

Vernissage d'Hippolyte Hentgen "How Sad how lovely"
Location:
Pavillon Carré de Baudouin (Click here to get informations about Pavillon Carré de Baudouin)
121, rue de Ménilmontant
75020 Paris
M° Gambetta, Ménilmontant, Pyrénées
France
Phone : +33 (0)1 58 53 55 40
Internet Site : www.carredebaudouin.fr

Open the map in a new tab
Date: Wednesday, December 19, 2012
Time: 19:00-21:00 CET
Duration: 2 hours
Category: Art & exhibition opening*
Keywords / Tags: Hippolyte Hentgen
Number of times displayed: 530

 



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2018 - Tous droits réservés