Vernissage "Le Kâma-Sûtra : Spiritualité et érotisme dans l'art indien"

Wednesday, October 1, 2014 19:00 CEST




Description:
2 octobre 2014 - 11 janvier 2015

Directeur artistique : Marc Restellini
Commissaire de l'exposition : Dr Alka Pande

Le Kâma-Sûtra, spiritualité et érotisme dans l'art indien est la première exposition jamais organisée à interroger ce joyau qu'est le texte du Kâma-Sûtra. Attribué à un brahmane qui l'aurait écrit au ive siècle de notre ère, il fut souvent mal interprété et incorrectement présenté comme un livre pornographique. Il constitue pourtant l'un des textes majeurs de l'hindouisme médiéval et un ouvrage censé servir de guide à l'homme et à la femme au cours de leur vie afin d'atteindre le salut.

L'hindouisme est l'une des plus anciennes religions, ou plutôt, l'une des plus anciennes philosophies de vie orientales. Il est constitué originellement de quatre piliers fondamentaux qui correspondent aux différents âges de la vie. Le Kâma-Sûtra est le troisième de ces piliers. Le premier correspond aux premières années de la vie, celles au cours desquelles se forgent la morale et l'éthique. L'homme apprend tout ce qui fait de lui un individu de qualité. Le second pilier de l'hindouisme est celui de la réussite professionnelle et de l'aisance matérielle, qui permettent d'avoir une vie décente et d'être une personne vertueuse. Cette étape correspond au moment de la montée en puissance de l'être humain dans sa vie, à l'âge adulte. Le troisième pilier de l'hindouisme est donc le kâma. C'est ce moment de la vie où, fort des deux premières étapes, l'être prend conscience de sa vie intérieure, de la force de son corps et de son esprit. Il en prend toute la mesure, il maîtrise sa force et sa vie intérieures. Il est dans l'âge mûr. Cette étape est essentielle parce qu'elle permet d'atteindre le dernier des piliers : le moksha, qui constitue l'apothéose et la capacité à toucher la grâce absolue, l'extase religieuse et la compréhension de tout. À ce titre, le Kâma-Sûtra comme livre de vie prend une dimension plus que prépondérante dans le mode de vie oriental et indien en particulier.

La large place faite à l'érotisme dans ce livre religieux est difficilement compréhensible en Occident, héritier des traditions judéo-chrétiennes. Pourtant, « en Inde, l'érotisme occupe, durant trois mille ans de production artistique et idéologique ininterrompue, une place beaucoup plus importante que dans notre Antiquité classique ou dans notre Europe chrétienne. Cela tient en grande partie au fait que si dans le christianisme Dieu est amour, en Inde Dieu fait l'amour. »

En Inde, aucune œuvre traditionnelle n'a une vocation artistique pure : la fonction des statues notamment, est exclusivement religieuse. Loin de refléter des conceptions populaires, les œuvres qui relèvent de l'érotisme sacré sont toujours des illustrations de la littérature savante, écrite en sanskrit par les brahmanes. Dans l'Inde traditionnelle, cet érotisme n'est pas coupable, il « sert de trame pour lire le monde : la pratique sexuelle est assimilée à la pratique rituelle et inversement. [...] Selon les anciens textes, il y a bien un ordre universel, dynamique mais celui-ci n'est pas acquis ; l'élan créateur s'émousse dans la création et il faut donc l'alimenter sans cesse, l'animer ou le ranimer. Et le désir, spécialement le désir d'amour, est ce qui alimente et reproduit le monde. Cette idée court tout au long des multiples cosmogonies imaginées en Inde : la création est moins un acquis qu'un processus continu, toujours menacé. Il n'y a d'ailleurs pas que les humains et les animaux qui participent de ce désir : dans les rituels, toutes les choses sont sexuées. Parce que le désir amoureux est le prototype du désir et que l'amour n'est point affaire de cœur mais de corps ; il trouve son accomplissement dans des rituels qui visent tous à produire le monde, donc à le reproduire et à soutenir la création. Celle-ci ne se limite évidemment pas à la génération humaine et c'est tout l'univers qui est convié à des noces cosmiques. »

Le Kâma-Sûtra est rédigé en sanskrit, la langue sacrée, vers le ive siècle de notre ère par Vâtsyâyana, un brahmane, donc un membre de cette élite érudite qui possède le monopole du sacré et de la transmission. Il déclare à ce propos que le but poursuivi par cet ouvrage est de rendre hommage aux trois finalités humaines, aux trois buts de la vie : la vertu, la conduite religieuse dans le monde, dharma, la prospérité, la politique, l'administration des hommes et des choses, le bien-être matériel, artha, et enfin le désir, la volupté sous toutes ses formes, l'amour, kâma. Le but ultime étant d'être délivré de la mort, de la vie et détaché de soi, moksha, - une notion que le catholicisme traduit souvent par le salut. « L'érotisme du Kâma-Sûtra n'est pas l'art de la gaudriole mais un art sérieux et savant ; il illustre cette tendance profonde en Inde de transformer l'acte d'amour en un rite où les protagonistes ne sont pas seulement livrés à la passion mais principalement au savoir. Dès lors la pertinence de l'opposition sacré-profane s'efface. » Le Kâma-Sûtra dépasse les idées fausses et se préoccupe de la sphère du spirituel en rappelant que : « Du début à la fin, de la chasteté juvénile à l'abnégation finale, il faut réussir le pèlerinage de la vie, et non pas vivre pour satisfaire ses passions » (KS VII.2. p. 371).

Le Kâma-Sûtra est écrit sous une forme versifiée, et, comme tous les autres grands ouvrages hindous, il est destiné à être intériorisé par l'élève brahmane mais également par un public riche urbain, policé et éduqué. Le fait que le plaisir sexuel y soit un motif récurrent, procure à ce livre une portée universelle. Cependant, contrairement aux idées reçues, il ne prêche pas l'hédonisme, il transcende les religions, les classes, les castes, les ethnies et donne une priorité absolue à une vie vécue dans la vertu, dans la joie, dans le plaisir et témoigne d'un mélange judicieux d'humour et de libération sexuelle pour les hommes et les femmes tout en respectant un cadre social et spirituel strict.

La Pinacothèque de Paris présentera près de cinq cents œuvres suivant le découpage original du Kâma-Sûtra. Sculptures, peintures, miniatures, objets de la vie quotidienne et « livres de l'oreiller » - ces ouvrages illustrés que l'on offrait aux jeunes mariés jusqu'au xixe siècle afin de faire leur éducation érotique - seront organisés dans l'exposition selon les 7 livres ou sections (adhikarana) suivants : la société et les concepts sociaux, l'union sexuelle, à propos de l'épouse, à propos des relations extra-maritales, à propos des courtisanes, à propos des arts de la séduction.

Le cœur de l'exposition sera formé par la collection de Beroze et Michel Sabatier, elle-même composée de plus d'une centaine d'œuvres d'art réunissant autant des bas-reliefs de bois et de pierre provenant de temples que des objets de piété privée. Des œuvres anciennes, depuis la période pré-moderne (3000 av. J.-C.-958 apr. J.-C.) jusqu'à la fin du Moyen Âge (1026-1756 apr. J.-C.) permettront à cette exposition d'être plus complète encore. Les œuvres entreront en dialogue avec les nombreux textes antiques et expliqueront l'esthétique érotique propre à la vie culturelle indienne, tout en invitant le spectateur à prendre conscience de la portée de cette œuvre, qui dépasse de loin les préjugés occidentaux et l'énumération des positions sexuelles présentées au livre II. L'exposition interrogera non seulement le texte du Kâma-Sûtra, mais aussi le contexte dans lequel il a été écrit, les raisons pour lesquelles il a été écrit, ses destinataires, sa pertinence aujourd'hui et tentera de comprendre pourquoi l'Occident porte un regard déformé sur ce livre, en quoi il est le père de la pensée érotique dans les beaux-arts et la poésie et s'il existe une iconographie des « dieux » indiens associée au Kâma-Sûtra.

*NB : Toutes les citations sont de Michel Angot sauf celles tirées du Kâma-Sûtra

La Pinacothèque de Paris est ouverte tous les jours de 10h30 à 18h30 (fermeture des salles à 18h15).
Nocturnes les mercredis et vendredis jusqu'à 21h (fermeture des salles à 20h45).
Entrée à partir de 10h15 pour les billets Internet.
Les jeudis 25 décembre 2014 et 1er janvier 2015, la Pinacothèque de Paris est ouverte de 14h à 18h30.
1er mercredi de chaque mois gratuit en nocturne de 18h30 à 20h45.
Les Boutiques de la Pinacothèque de Paris sont ouvertes tous les jours de 10h30 à 18h30 et les mercredis et vendredis jusqu'à 21h.
L'achat des billets pour toutes les expositions s'effectue aux caisses situées rue de Sèze.
La billetterie ferme à 17h30, les mercredis et vendredis à 20h.

Billet simple
Plein tarif : 12,50 €
Tarif réduit : 10,50 €

Vernissage "Le Kâma-Sûtra : Spiritualité et érotisme dans l'art indien"
Vernissage "Le Kâma-Sûtra : Spiritualité et érotisme dans l'art indien"
Vernissage "Le Kâma-Sûtra : Spiritualité et érotisme dans l'art indien"
Vernissage "Le Kâma-Sûtra : Spiritualité et érotisme dans l'art indien"

Location:
Pinacothèque de Paris (Click here to get informations about Pinacothèque de Paris)
28, place de la Madeleine
75008 Paris
M° Madeleine
France
Internet Site : www.pinacotheque.com

Open the map in a new tab
Date: Wednesday, October 1, 2014
Time: 19:00 CEST
Category: Art & exhibition opening*
Number of times displayed: 721

 



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2018 - Tous droits réservés