Vernissage "IN ABSENTIA", proposition de Lydia Kamistsis

Thursday, September 11, 2014 18:00-21:00 CEST




Description:
IN ABSENTIA
- poétique du vêtement -

une proposition de Lydia Kamistsis

avec des oeuvres de :
Stéphanie Coudert
Aurore Thibout
Thanos Kyriakides
Jannis Kounellis

VERNISSAGE JEUDI 11 SEPTEMBRE 2014 DE 18H À 21H
exposition jusqu'au 29 novembre 2014, prolongation jusqu'au 13 décembre 2014 inclus

Matériau du réel et matière à fiction,
enveloppe du corps qu'il couvre et remodèle à l'infini,
façonneur d'identité et expression éminemment culturelle,
concentré de savoir-faire et enjeu économique,
fabrique d'attitudes et d'émotions,
le vêtement est tout cela à la fois :
objet fascinant à multiples facettes,
attribut incontestable de notre humanité,
source de réflexion et d'inspiration inépuisable.

Dans cette problématique particulièrement productive de notre époque contemporaine (en oeuvres comme en discours) qui explore les relations complexes et ambigües de l'art et de la mode, le vêtement occupe une place centrale.
Son imagerie riche et la variété infinie de ses avatars plastiques pourraient même constituer un genre à part…
Pour l'anthropologue du vêtement comme pour l'historienne de la mode que je suis, le sujet est particulièrement sensible et l'invitation faite par la galerie Coullaud & Koulinsky de partager cette vision d'autant plus stimulante.

Tantôt métaphore de la personne qu'il contribue à définir, ailleurs évocation d'un corps absent dont il se fait mémoire, ou encore oeuvre s'inscrivant dans une filiation artistique inattendue, le vêtement dont il est question dans cette proposition agit comme un révélateur, « in absentia », image résiduelle et poétique de fictions.
Hors du cadre muséal où habituellement prend forme mon propos, ici le défi était double : resserrer la sélection autour d'un nombre restreint de pièces et proposer des oeuvres pertinentes disponibles sur le marché de l'art.
Pour le relever, j'ai été à la recherche de démarches artistiques originales où le sujet en question bénéficiait d'un traitement singulier aussi bien du point de vue de son expression que des modalités spécifiques de sa mise en oeuvre technique. Je me suis laissée guider aussi, plus librement, par ma curiosité et mes émotions, là où généralement ma pratique curatoriale se construit sur une approche scientifique, par essence plus distancée.

Les oeuvres retenues ici sont autant de manières différentes d'aborder l'absence, et si elles résultent d'intentions particulières, leur portée déborde largement l'expérience individuelle.

Négatifs du vivant, les Gisants d'Aurore Thibout capturent la vie dans les plis de sous vêtements juste abandonnés… Bas reliefs surprenants, ces empreintes forment comme autant de fossiles contemporains, mues délicates de la Nonna ou d'Ophelia dont elles gardent la trace. Oscillant entre le vivant et l'inerte, le souvenir et le témoignage, le réel et l'illusion ou la recherche d'une poésie textile sur laquelle souffle le passage du temps.

« Blind Adam », nom de code du projet développé depuis 2007 par le grec Thanos Kyriakides, utilise un fil acrylique noir patiemment noué pour esquisser des squelettes fantomatiques de vêtements comme autant de récits historiques, une méditation sur l'absence et la perte : absence évidente du corps, d'une présence, de la vie comme celle du vêtement lui-même. Rassemblées en « actes », les oeuvres qu'il compose, véritables prouesses techniques, aériennes dans leur aspect, ne sont pas moins lourdes de sens ; une réflexion sur le savoir-faire, sur la mémoire, ou le vêtement comme métonymie de personnages de l'imaginaire collectif. « Medea dress », « Mata Hari dress », « Napoleon jacket » : les trois oeuvres présentées évoquent la tunique antique empoisonnée par Médée, la robe de séductrice de l'espionne de la Belle Epoque, ou encore l'uniforme de Napoléon, devenu depuis une forme générique et source d'inspiration régulière des créateurs de mode.

Les pièces construites à plat par Stéphanie Coudert se lisent comme des formes organiques, courbes et angles sans références, pouvant s'assembler en volume par des mouvements inattendus, dessinant un col, des manches, des jambes de pantalon. Le corps, jusque-là absent, jaillissant comme par enchantement de l'informe. Fruit d'une recherche exigeante, ces « silent clothes », tissés artisanalement à Madagascar, sont les traces tangibles du dialogue mystique du corps et de son enveloppe vestimentaire, exhumées 10 ans après leur création et montrées pour la première fois en France.

Enfin, comment ne pas inclure dans cette liste éclectique le doyen de l'Arte Povera, Jannis Kounellis, dont l'oeuvre régulièrement exploite la référence vestimentaire : aux manteaux, dépouilles sombres d'hommes anonymes, livrées comme pages blanches à noircir de vies imaginaires, répondent symétriquement ses machines à coudre comme outil de production d'un vêtement potentiel, à venir…

Lydia Kamitsis, Juillet 2014

Vernissage "IN ABSENTIA", proposition de Lydia Kamistsis
Location:
Galerie Mathias Coullaud (Click here to get informations about Galerie Mathias Coullaud)
12, rue de Picardie
75003 Paris
M° Fille du Calvaire, République, Temple
France
Mail : galerie@mathias-coullaud.com
Internet Site : www.coullaudkoulinsky.com

Open the map in a new tab
Date: Thursday, September 11, 2014
Time: 18:00-21:00 CEST
Duration: 3 hours
Category: Art & exhibition opening*
Keywords / Tags: Lydia Kamistsis, Stéphanie Coudert, Aurore Thibout, Thanos Kyriakides, Jannis Kounellis
Number of times displayed: 583

 



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2018 - Tous droits réservés