Vernissage de Ajee "Fresh to Death"

Thursday, September 18, 2014 18:00-21:00 CEST




Description:
L'exposition s'intitule Fresh to Death, expression polysémique s'il en est : la fraîcheur est autant celle de l'excitation que du froid polaire, la mort autant synonyme d'outrance joyeuse que de trépas inexorable. La combinaison des deux termes exprime bien la vision du monde d'Ajee : l'élégance, l'allégresse mêlées à la menace, au danger. Le monde est une source intarissable de beauté, mais cette beauté est sans cesse menacée. La faune arctique, et plus précisément l'ours polaire en sont le symbole.

L'art d'Ajee commence par le dessin. D'abord, elle recherche les ombres et les lumières par les valeurs. Puis elle les reporte sur la toile à la mine graphite. Chaque surface est ensuite peinte dans sa valeur. Enfin, elle procède à une intervention graphique finale pour les lettrages, les flammes, la fourrure, les formes libres...
Lorsqu'un dessin exprime un sentiment suffisamment fort pour être travaillé en volume, elle passe à la sculpture.
Elle modèle un volume, et quand il lui convient, elle le sculpte et le ponce pour suivre les courbes, les plans et les arêtes jusqu'à obtenir le trait qui l'intéressait dans le dessin, avec l'angle de vue correspondant.

Il y a dans la figuration de l'ours, qui est au centre de cette exposition, quelque chose d'humain, comme un reflet de l'homme et de sa condition. On peut y percevoir un nouveau Penseur, contemporain et contemplatif, méditant sur le monde et son état.
L'ours d'Ajee est universel : lorsqu'un prototype grandeur nature a été exposé à la OFF Art Fair Brussels au mois d'avril 2014, de nombreux visiteurs du salon ont cru le (re)connaître.
Comme l'ours de Pompon qui exprime la puissance et la majesté dans le simple fait de marcher, celui d'Ajee exprime également l'humilité face à l'immensité qui l'entoure. Il amorce un mouvement ; après avoir été assis il se relève, ne se résigne pas.

L'ours est l'homme, roi d'un monde qu'il ne comprend plus.

L'historien Michel Pastoureau notait que « les hommes et les sociétés semblent hantés par le souvenir, plus ou moins conscient, de ces temps très anciens où avec les ours ils avaient les mêmes espaces et les mêmes proies, les mêmes peurs et les mêmes cavernes, parfois les mêmes rêves et les mêmes couches ». Le souvenir est toujours là, palpable et poétique, et l'ours est aujourd'hui paré de couleurs irréelles - au blanc glacial s'ajoutent le noir sépulcral, le bleu glacier ou le rose fluo - qui disent les contrastes et contradictions du monde, ses beautés et ses dangers, sa surprenante singularité comme son inquiétante étrangeté.

Avant d'être définie scientifiquement comme lumière, la couleur a d'abord été perçue comme matière, comme enveloppe qui recouvre les choses.
L' "histoire chromatique" d'Ajee se rapproche de celle d'autres cultures "qui n'isolent pas les unités colorées à la manière de l'occident, mais s'appuient sur des paramètres qui leur sont propres. L'essentiel n'est alors pas de savoir si une couleur est rouge ou bleue mais de savoir si elle est sèche ou humide, lisse ou rugueuse, tendre ou dure, sourde ou sonore". Les couleurs d'Ajee prennent ainsi une signification nouvelle.

L'ours se décline en de multiples formats qui s'échelonnent d'une dizaine de centimètres jusqu'à la grandeur nature.
L'artiste a tout d'abord conçu cet ours avec un personnage féminin, les deux formant un tout par leur relation.
Elle les a sculptés dans un petit format pouvant être édité en vinyle, car ce médium l'intéressait. Il est ensuite devenu porcelaine puis, à l'évidence, il devait grandir. Un volume de 35 centimètres de haut s'est imposé avant de parvenir à sa taille adulte d'un mètre vingt en résine.
Dans une démarche spécifique à cette série, Ajee a également représenté l'ours en toile sur un châssis triangulaire. Elle souhaitait que le sujet déborde du triangle pour en sortir.

Ajee a débuté par l'Art Toy, qui lui apparaissait comme une évidence quand elle a commencé parce que c'est sa culture. Elle n'imaginait pas faire autre chose. C'était une évidence.
Aujourd'hui, elle a besoin de sculpter « plus grand », donc des pièces uniques.

Ajee présente aussi au sein de cette exposition des toiles aux formats variés et des dessins. On y retrouve, comme dans l'ensemble de son travail, des femmes, et plus largement des animaux.

Ce dont Ajee nous parle avec eux, c'est de son respect pour la nature, la faune et la flore, les éléments et l'environnement.
Elle nous propose sa vision du monde à travers les yeux de ses personnages féminins.

C'est ce qu'elle voit d'où elle se tient en regardant au loin, humble et contemplative.

Vernissage de Ajee "Fresh to Death"
Location:
Galerie Lacroix (Click here to get informations about Galerie Lacroix)
19, rue Lesage
75020 Paris
M° Pyrénées, Belleville
France
Mail : galerielacroix@gmail.com
Internet Site : www.galerie-lacroix.com

Open the map in a new tab
Date: Thursday, September 18, 2014
Time: 18:00-21:00 CEST
Duration: 3 hours
Category: Art & exhibition opening*
Keywords / Tags: Ajee
Number of times displayed: 598

 



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2018 - Tous droits réservés