Vernissage de Tazuko SHIMAMOTO "La calligraphie redécouverte"

Monday, February 12, 2007 17:30-20:00 CET




Description:
Lavis et expressions floues
du 12 au 24 février 2007 de 12h30 à 20h (samedi jusqu'à 18h30)

A propos de ma calligraphie

Si les caractères * n'avaient pour but que de véhiculer du sens, alors prêter une grande attention à leur forme ne devrait pas être si important que ça. Pourtant, à en juger par la sensibilité (le sens esthétique) que suscite partout dans le monde l'art des caractères, on comprend bien qu'il n'est pas simplement un art de la « communication».
Par exemple, dans l'ancienne Chine, la calligraphie ** était davantage prisée que la peinture parce qu'on la considérait comme la plus apte à refléter une vision du monde. Le Japon a suivi cette tradition. Mais avec les temps modernes, la calligraphie en tant qu'expression d'une conception du monde s'est transformée en institution culturelle reconnue surtout comme l'art d' « écrire en beaux caractères ». Certes la « calligraphie » quand elle est raffinée est une « belle écriture» et il ne manque pas de maîtres dans ce domaine. Mais, si belle soit-elle, il me semble que la calligraphie ainsi conçue perd de vue son sens originel. D'ailleurs, au Japon après la Deuxième Guerre Mondiale, elle a été battue en brèche dans les années 50-60 par des mouvements avant-gardistes gravitant principalement autour de Yûichi INOUE et de Shiryû MORITA qui ont tenté de lui insuffler un nouveau sens au travers de diverses expériences. En explorant les possibilités formelles des caractères, ils ont su donner à la calligraphie une dimension totalement inédite.
Ma calligraphie, tout en s'inscrivant dans un tel contexte historique, cherche cependant à s'élaborer à partir d'un point de vue encore différent.
Sur le sujet de savoir ce que l'homme a fait en premier - parler ou écrire ? -, le débat reste ouvert mais, à n'en pas douter, c'est au moment où l'homme a inscrit un signe*** dans la matière que le caractère a fait son apparition, et l'on imagine son bonheur à voir que par ce signe-caractère il avait le pouvoir de se relier au monde. En opérant un retour amont, c'est ce geste premier que ma calligraphie cherche à retrouver.
Evidemment, aujourd'hui les caractères existent imprimés. Mais dans l'acte qui me fait écrire n'est-ce pas la même découverte, la même émotion que celle de l'homme de l'Antiquité devant le signe-caractère, quand bien même les formes diffèrent ?
Avec les mouvements du pinceau et l'encre, par la façon de disposer les caractères, par leur espacement, les termes d'un poème peuvent se transformer en d'autres signes qui créent un nouveau rapport formel avec ce qu'il exprimait. Je crois que là où il y a conscience de connexions possibles, les caractères tracés à l'encre permettent de faire surgir un tout autre monde que celui du poème par un jeu de transformations qui en élargit à l'infini les ressources.
C'est ainsi que la calligraphie contemporaine peut à mon avis créer une nouvelle dimension dans le langage.

* moji = lettre, caractère, idéogramme
** sho = étymologiquement, livre, écrire, puis calligraphie (en français le mot étant forgé du grec signifie à la lettre « belle écriture », ce qui rend la traduction pléonastique.
*** kigô = signe, symbole
Location:
Association culturelle franco-japonaise de Tenri (Click here to get informations about Association culturelle franco-japonaise de Tenri)
Espace culturel Bertin Poirée - 天理日仏文化協会
8, rue Bertin Poirée
75001 Paris
M° Châtelet
France
Phone : +33 (0)1 44 76 06 06
Fax : +33 (0)1 44 76 06 13
Mail : ecbp@tenri-paris.com
Internet Site : www.tenri-paris.com

Open the map in a new tab
Date: Monday, February 12, 2007
Time: 17:30-20:00 CET
Duration: 2 hours 30 minutes
Category: Art & exhibition opening*
Keywords / Tags: Tazuko SHIMAMOTO
Number of times displayed: 1778

 



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2020 - Tous droits réservés

WebAnalytics