Vernissage de Céline Anaya-Gautier "Esclaves au Paradis"

Tuesday, May 15, 2007 18:00-21:00 CEST




Description:
Du 15/05/2007 au 15/06/2007

L'association Pour Que l'Esprit Vive s'est donné comme priorité d'utiliser la photo pour favoriser la prise de conscience par le public des problèmes sociétaux et leur transformation. De tous les mediums de communication, la photo est sans doute, en effet, le plus objectif pour montrer les injustices et de fait a un impact plus fort pour en dénoncer les causes.

Le contexte Chaque année, des milliers d'haïtiens fuient en République Dominicaine dans l'espoir d'une vie meilleure. Ils tentent d'échapper à la misère qu'ils connaissent dans leur pays. La grande majorité d'entre eux n'ont pas de papiers et ne peuvent pas entrer légalement en République Dominicaine. Des réseaux très organisés de passeurs et de buscones (trafiquants haïtiens et dominicains) leur font miroiter des emplois illusoires et leur demandent des sommes exorbitantes pour leur faire passer la frontière. Les buscones soudoient les fonctionnaires afin que les travailleurs migrants sans papiers puissent passer les postes de contrôle militaires mis en place pour les intercepter. Après avoir traversé la frontière, un grand nombre de ces travailleurs sont emmenés dans des bateys (baraques pour les ouvriers des plantations sucrières). Ils font ainsi partie des 30 000 ouvriers employés chaque année en tant que saisonniers dans l'industrie de la canne à sucre. Ceux qui ne réussissent pas à trouver un emploi dans le secteur agricole tentent leur chance ailleurs, par exemple dans le bâtiment.

Malgré leur emploi, de nombreux immigrés haïtiens sont expulsés en raison d'une mauvaise application de la législation sur l'immigration. Des haïtiens sont régulièrement arrêtés par la police, par les services de l'immigration ou par l'armée et renvoyés massivement en Haïti sans que soient examinés leurs papiers ou leur situation au regard de cette législation. La discrimination fondée sur la nationalité ou la race aggrave encore ce phénomène. Les autorités recourent en effet au profilage racial pour arrêter les immigrés sans papiers. Les jeunes hommes noirs sont les principales victimes de ces méthodes expéditives. Même lorsqu'ils possèdent un visa en cours de validité, une carte de résident permanent ou la nationalité dominicaine, ils sont renvoyés de force en Haïti car les autorités considèrent automatiquement que leurs papiers sont faux.

On estime à environ 500 000 le nombre de femmes, hommes et enfants prisonniers des bateys. Les traversées des braceros haïtiens résultent d'un processus clandestin, perpétré avec la complicité des offices de migrations, des autorités dominicaines et haïtiennes, ainsi que de trois familles intraitables de propriétaires : les Vicini, les Campollo et les Fanjul. Nombre de ces migrants restent pris dans ce système et passeront le reste de leur vie dans des bateys insalubres. Les braceros travaillent quinze heures par jour, sans garantie de salaire ; les plus expérimentés parviennent à couper une tonne et demie de canne, payée à peine 1 euro en ticket de rationnement. Les femmes, elles, tentent d'assurer la survie du batey, tandis que les enfants d'haïtiens nés en République Dominicaine ne sont reconnus par aucun des deux gouvernements. On estime à 250 000 les enfants apatrides en République Dominicaine. Céline Anaya Gautier et Esteban Colomar ont pu s'introduire dans ces plantations grâce à deux prêtres, Christopher Hartley et Pedro Ruquoy, qui ont travaillé quotidiennement sur le terrain pour accompagner et défendre ces hommes réduits en esclavage.

Céline Anaya Gautier et Esteban Colomar ont pu s'introduire, non sans risques, dans des camps de travail, les "bateys", grâce à deux prêtres, Christopher Hartley et Pedro Ruquoy, présents sur le terrain pour aider, défendre ces hommes, femmes et enfants réduits en esclavage. Ce qu'ils proposent comme photos et archives sonores est sans détour. Un témoignage cru, mais plein d'humanité, sur ce qui a été longtemps du domaine de l'inconcevable et du fantasme. C'est lors d'un premier reportage photo au batey Mamey pour une association humanitaire, de décembre 2004 à janvier 2005, que Céline Anaya Gautier rencontre le père Christopher Hartley. Grâce à lui, elle entrevoit les conditions de vie des braceros*. Elle programme alors un deuxième voyage, cette fois accompagnée d'un ingénieur du son. L'idée : révéler une réalité par l'image et impliquer les populations des bateys par leurs chants.
Location:
Usine Spring Court (Click here to get informations about Usine Spring Court)
5, passage Piver
75011 Paris
M° Goncourt, Belleville
France
Phone : +33 (0)1 43 57 96 63
Internet Site : www.laboutique.springcourt.com

Open the map in a new tab
Date: Tuesday, May 15, 2007
Time: 18:00-21:00 CEST
Duration: 3 hours
Category: Art & exhibition opening*
Keywords / Tags: Céline Anaya-Gautier
Number of times displayed: 1181

 



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2018 - Tous droits réservés