Vernissage de Pauline Boudry et Renate Lorenz "Silent"

Wednesday, November 8, 2017 18:00-21:00 CET




Description:
8/11/2017 - 27/01/2018
Vernissage mercredi 8 novembre, 18h-21h

Le programme d'une galerie peut s'appréhender de façon plus lente et organique que celui d'un musée. On peut ainsi prendre la mesure de ce qui est encore très présent - comme l'exposition Spiaggiamento de Marie Cool Fabio Balducci, de ce qui est en train de prendre forme, telle que l'installation Silent de Pauline Boudry / Renate Lorenz et de ce qui habite nos esprits depuis un moment : la question du "prendre soin de", pour laquelle une forme reste à trouver. Nous profitons de ce moment de dialogue autour du travail de Pauline Boudry / Renate Lorenz pour réfléchir avec vous à ces quelques mots : lenteur, désir, continuité, anachronisme, vulnérabilité.


CB : Le silence actif ne s'efface jamais. Il n'est pas moins redoutable que la parole et met en garde. Grâce à ce « grand » silence nous dit l'écrivain Maurice Maeterlinck, dans son ouvrage Le trésor des humbles (1896), « plus rien n'obéit », « plus rien ne s'oublie », « tout devient grave », « tout est sans défense ». Après le silence sans faille de Marie Cool Fabio Balducci, nous présentons l'installation Silent de Pauline Boudry / Renate Lorenz. Je ne peux m'empêcher de rapprocher leur expérience respective du silence et de le voir comme un phénomène violent, un acte de résistance qui prend appui sur le rapport que nous entretenons aux images et aux représentations déjà intégrées par l'histoire. L'exposition Spiaggiamento de Marie Cool Fabio Balducci était aussi efficace que les deux doigts qui scellent les lèvres du visage merveilleusement voilé et ambigu de la peinture Le Silence réalisée par Odilon Redon vers 1910-1911. Dans les propositions de Cool Balducci, celles de Boudry / Lorenz et de Redon, la relecture de l'histoire passe par des corps qui se donnent le droit de se définir eux-mêmes. Lorsque la musicienne Aérea Negrot performe pour le duo, on ne peut que se sentir proche de ce corps qui bascule si nettement dans la vie réelle et ses hiérarchies sociales. Son silence est aussi le nôtre. Il est une question critique posée à nos certitudes : le silence peut-il rendre compte visuellement du processus d'effacement des histoires minoritaires ? C'est pour cela que le duo filme l'espace autour du cadre de la performance, celui qui contient toutes les voix possibles, y compris celles des refugiés qui choisirent Oranienplatz à Berlin, comme base de résistance, entre 2012 et 2014.

IA : Tu as raison de commenter ce silence qui apparaît en effet des plus radicaux face au bruit de fond constituant l'environnement sonore contemporain. Le film de Boudry / Lorenz fait référence aux œuvres silencieuses de John Cage, que Jonathan D. Katz a interprétées comme une stratégie de résistance queer à la culture du placard de la société états-unienne de l'après-guerre. Dans un article de 1999, Katz montre comment l'apparition du silence dans le travail de Cage est concomitante des débuts de sa relation avec Merce Cunningham et de sa volonté de rompre avec l'expressivité virile et parfois homophobe des peintres de l'expressionnisme abstrait. Katz commente: « Le silence était une déclaration faite au moyen de l'absence de déclaration. Il constituait un appel à l'auditeur·rice en faveur d'une nouvelle relation à l'autorité et au formes autoritaires dans la musique et (...) certainement dans d'autres domaines aussi. »*
C'est donc à un travail d'historiographie de l'art que Boudry / Lorenz s'adonnent à travers leurs installations. L'hommage à John Cage, comme celui à Pauline Oliveros dans d'autres films**, défait le lien entre musique minimale et art du même nom. L'aspect contestataire et politiquement radical du minimalisme musical est mis en avant, plutôt que ses caractéristiques formelles. Il s'agit finalement ici de ne pas laisser le minimalisme à son interprétation blanche, masculine et hétérosexuelle, de créer d'autres lignées.
Silent est une forme de contestation freak de l'ordre établi - pour reprendre le terme employé par Renate dans son livre Queer art*** - portée par une performeuse qui refuse de se conformer à toute attente en terme de genre, de nationalité ou de style musical. La profondeur de la voix de Silent provient comme tu le dis, de ce qu'elle porte beaucoup d'autres voix qui ne sont pas exprimées. Celles qui viennent de l'âge contemporain, comme celles de l'histoire.

CB : Silent comme Telepathic Improvisation, I Want, Opaque, Toxic, Contagious et d'autres œuvres plus anciennes ont une clarté et des fondations épistémologiques impressionnantes. Boudry et Lorenz sont en effet des historiennes de l'art non conformistes puisqu'elles refusent la linéarité et la fixité des formes. Ce qui les éloigne certainement davantage encore de la méthode historique la plus utilisée, c'est que pour elles, le silence est loin d'être suspect. Il constitue en lui-même la méthode la moins illusoire pour éviter d'être piégé par le passé ou pour ainsi dire coincé dans l'histoire, là où la normalité est d'une violence inouïe. J'apprécie que tout ce que produisent ces artistes soit clairement nommé, de leurs installations très environnementales à leur site web, en passant par leurs publications étonnement régulières qui sont de véritables outils pour comprendre cette écriture du temps, de la répétition et du changement. Le silence contre l'effacement systématique des points de vue minoritaires, le silence pour construire un cadre propice à la compréhension, le silence encore pour négocier avec le non-savoir. Le non-savoir serait à l'opposé de ce que le discours contient de rassurant, il est ici une structure sentimentale, la part d'affects que les artistes rejouent sans cesse, afin de mettre en crise le couple traditionnel formé par le "visible-lisible".

IA : Dans un des premiers livres des artistes, Temporal Drag, l'historien de l'art Mathias Danbolt reprend une expression qui m'accompagne toujours depuis : il dit « pratiquer un toucher de l'histoire »**** . Insister sur le toucher plutôt que sur le visuel, c'est considérer l'histoire comme l'endroit où évoluent « des ami·e·s du passé » et entretenir un rapport affectif à elle, un engagement autant intellectuel que physique. C'est reconnaître que notre intérêt de chercheur·e, d'artiste, d'intellectuel·le pour un sujet historique n'est jamais neutre, qu'il nous "remue" toujours. Pour notre duo, John Cage, Jack Smith, José Muñoz, Annie Jones, les femmes dites "hystériques" de la Salpêtrière, Pauline Oliveros, Derek Jarman, Hannah Cullwick, Magnus Hirschfeld, Jean Genet, sont autant d'allié·e·s d'une histoire de la fin du 19ème siècle jusqu'à aujourd'hui. Cette lignée constituée par leur travail n'entend pas faire autorité, mais s'adresser à ceux·celles qui ne se reconnaissent pas dans une écriture dominante de l'histoire de l'art. Les tableaux/rideaux de cheveux montrés au rez-de-chaussée de la galerie dans un espace théâtralisé procède à une inversion des valeurs de l'art, redoublée par l'inversion des espaces, par laquelle l'espace blanc de la galerie devient l'espace noir de la scène et le sous-sol se transforme parallèlement en cocon immaculé. En introduisant les cheveux dans l'espace visuel du tableau, elles commentent avec humour l'aspect tactile, corporel, voire "uncanny" de la peinture. La rencontre entre le tableau et le postiche crée une composition freak, un assemblage qui n'est pas sans rappeler les personnages de leurs films (comme la Salomé de Salomania qui regroupe en une même figure les histoires de Alla Nazimova, Wu Tsang, Yvonne Rainer, Oscar Wide ou Aida Walker), tandis que la matérialité du cheveu nous fait prendre conscience de notre corps sexué de spectateur·rice dans l'exposition. Non loin, un podium éclairé tourne en silence : une rencontre entre John Cage et Felix Gonzalez-Torres qui attend à l'infini d'être occupé par un go-go dancer fantôme.

* "Silence made a statement through the absence of statement. It constituted an appeal to the listener for a new relationship to authority and authoritative forms in music and-this is very much the point-surely in other arenas, too." http://www.queerculturalcenter.org/Pages/KatzPages/KatzWorse.html
** To Valerie Solanas and Marilyn Monroe in recognition of their desperation, 2013 et Telepathic Improvisation, 2017
*** Ed. Transcript, Bielefeld, 2012. Traduction en français à paraître en 2018 aux éditions B42.
**** « Anachronismes dérangeants : un sentiment historique avec N.O. Body », in Pauline Boudry / Renate Lorenz, Temporal Drag, ed. Hatje Cantz, 2011 (expression reprise de Carolyn Dinshaw) et ici : https://www.boudry-lorenz.de/static/files/Anachronismes%20derangeants.f4f8b2091ffa.pdf

Pauline Boudry / Renate Lorenz vivent à Berlin.
Leur solo à Participant, New-York (cur. Lia Gangitano), a constitué leur première exposition personnelle aux Etats-Unis en 2017. Le film Silent a été présenté à la Nuit Blanche en octobre (cur. Charlotte Laubard) et au Centre d'Art de Genève dans le cadre de la Biennale de l'image en mouvement l'hiver dernier. Leur exposition personnelle Everybody talks about the weather... We don't, est en cours au Musée d'art contemporain de Houston jusqu'au 7 janvier (cur. Dean Daderko). Elles présentent en ce moment une installation dans l'exposition collective Trigger: Gender as a Tool and a Weapon au New Museum à New York (jusqu'au 21 janvier 2018).
Elles bénéficieront d'une exposition personnelle au Centre Culturel Suisse à Paris en janvier 2018.
Elles sont aussi représentées par la formidable galerie Ellen de Bruijne Projects à Amsterdam.

Vernissage de Pauline Boudry et Renate Lorenz "Silent"
Location:
Galerie Marcelle Alix (Click here to get informations about Galerie Marcelle Alix)
4, rue Jouye-Rouve
75020 Paris
M° Pyrénées, Belleville
France
Phone : +33 (0)9 50 04 16 80
Mail : demain@marcellealix.com
Twitter account : marcellealix
Internet Site : www.marcellealix.com

Open the map in a new tab
Date: Wednesday, November 8, 2017
Time: 18:00-21:00 CET
Duration: 3 hours
Category: Art & exhibition opening*
Keywords / Tags: Pauline Boudry, Renate Lorenz
Number of times displayed: 195

 



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2015 - Tous droits réservés