Entretien avec Michael Lucken autour du travail de Yuki Onodera

Wednesday, November 15, 2017 19:30-20:30 CET




Description:
Dix jours avant la fin de l'exposition "Impromptus" de Yuki Onodera, Pierre-Yves Caër Gallery invite l'historien d'art Michael Lucken à développer la dimension éthique du travail de Yuki Onodera.

"Le caractère original, énigmatique, surréel de l'œuvre d'Onodera Yuki a souvent été remarqué. Je voudrais insister pour ma part sur sa dimension éthique, sur le fait que la poésie puissante qui se dégage de ses photographies est subordonné à un regard moral sur la technique et les images, que la façon dont elle articule l'éthique et le poétique peut servir de modèle à la création contemporaine."

Texte de Michael Lucken tiré de la préface du catalogue de l'exposition "Impromptus"




dans le cadre de l'exposition de Yuki Onodera "Impromptus"

Pour son exposition inaugurale, Pierre-Yves Caër Gallery vous invite à découvrir le travail de la photographe japonaise Yuki Onodera. Lauréate du Prix Nicéphore Nièpce en 2006 et présente dans les collections de prestigieux musées (Centre Pompidou, J. Paul Getty Museum-Los Angeles, Tokyo Metropolitan Museum of Photography, Shanghai Art Museum...), Yuki Onodera a également fait l'objet d'une exposition monographique à la Maison Européenne de la Photographie (Paris) en 2015.

du 13 octobre au 25 novembre

En japonais, l'étymologie du mot photographie - shashin - renvoie à la notion de « copier la réalité » tandis qu'en français les racines grecques du même mot signifient « peindre avec lumière ». Le travail de Yuki Onodera se trouve à mi-chemin entre ces deux conceptions. Elle cherche en effet à capturer la réalité tout en éclairant l'irréalité du XXIe siècle.

« 'Singularité', 'énigme', 'extrême originalité' ou encore 'mystérieux' et 'étrange' : autant de mots utilisés pour décrire mes œuvres à chacune de mes expositions. Que ce soit au Japon, en France, aux États-Unis ou en Chine, je retrouve toujours des termes similaires. »
Yuki Onodera, colloque international « Eloge des singularités dans le Japon contemporain », INALCO, Paris, décembre 2013

L'artiste considère la photographie non pas comme une simple image mais comme un objet plastique, une œuvre de création. Cette création implique tout à la fois une phase de conception et de composition et une phase d'exécution, qui, tout en étant parfaitement maîtrisée, laisse une place à l'imprévisibilité de l'environnement immédiat, se rapprochant ainsi des impromptus musicaux rendus célèbres par Schubert, Chopin ou Liszt.

De fait, Yuki Onodera recherche et assume une part d'imprévisibilité dans ses travaux, à travers les nombreuses expériences qu'elle introduit dans le processus de création. « Chaque photographie est le résultat de déformations et de petits décalages volontaires qui s'insèrent dans le circuit de l'information » écrit Evence Verdier, critique d'art, en 2004. Les créations de Yuki Onodera sont le fruit de minutieuses manipulations techniques, au moment des prises de vue ou dans la chambre noire - elle réalise elle-même tous ses tirages - où elle n'hésite pas à inventer de nouveaux procédés.

Son univers insolite redéfinit les limites du connu à l'aide de juxtapositions de montages, collages, matières, jeux de lumière et de couleurs. L'ensemble finit par transformer le réel en un univers visuel obéissant aux règles de l'imaginaire et de la poésie.

Dans son exposition « Impromptus », Yuki Onodera présente huit séries de photographies.

Muybridge's Twist
Le titre fait référence à Eadweard Muybridge, le photographe britannique du 19e siècle entré dans l'histoire avec ses instantanés décomposant le mouvement. Elle réunit dans une seule figure des images de plusieurs corps dans des positions incongrues, décomposant le mouvement comme une chorégraphie. Ayant rassemblé des images de mannequins dans des postures extrêmes, Yuki Onodera découpe ensuite ces clichés en plusieurs morceaux. Elle photographie alors ces éléments déstructurés pour les recomposer - des représentations de son propre corps en mouvement y sont également cachées - et les rephotographier plusieurs fois encore, réalisant enfin de nouvelles compositions dont plusieurs éléments sont collés sur toile. Plusieurs œuvres nouvelles de la série Muybridge's Twist sont présentées pour la première fois dans l'exposition « Impromptus ».

Look Out the Window
Une petite maison se dresse, solitaire, dans le noir complet. Le contraste entre l'obscurité profonde qui l'environne et la lumière qui s'échappe des fenêtres donne l'impression d'une simple source de lumière flottante, ou d'une maison de poupée. Ces maisons photographiées dans divers lieux de la banlieue de Tokyo reflètent la mode architecturale de diverses époques : style européen, style nordique... Une impression de fragilité s'en dégage, l'impression qu'elles sont là provisoirement, attendant d'être reconstruites au bout d'une génération. Ces boîtes lumineuses qui surgissent du noir, nées d'un minutieux travail de camouflage en chambre noire, proposent une version inversée de la « camera obscura ».

Transvest
L'artiste a débuté cette série en 2002 et l'a poursuivie sur de nombreuses années. Les formes humaines recomposées proviennent de magazines, découpées et photographiées à contre-jour, et font l'objet de photomontage avec des fragments d'images insérés dans ces silhouettes : montagnes, éléments d'architecture, ronds dans l'eau, bonbons, ruines, tatouages... Les corps sont ici transcendés et incarnent un monde au-delà du temps et de l'espace, qui embrasse l'univers dans sa diversité.

Annular Eclipse
Cette première série a été présentée en sérigraphies, lors de l'exposition « Japan caught by camera » au musée de Shanghai, en 2007. Les tirages ont été réalisés en Chine, avec la collaboration de huit artisans pour préparer les écrans puis encrer trente-huit passages grand format. Yuki Onodera a voulu explorer la technique de la sérigraphie pour appréhender l'avènement de l'ère post argentique.
Le titre Annular Eclipse désigne à l'origine le fin halo produit par le soleil passant derrière la lune, notre attention étant attirée sur l'espace situé entre le visible et l'invisible. Les motifs contrastent par rapport à ceux de Transvest : ici les silhouettes sont celles d'humains et d'animaux en mouvement, dans un environnement lié à la fête, mêlant feux d'artifice, néons et confettis.

Eleventh finger
Cette série s'attache à capter les gestes et les mouvements inconscients de chacun, sans regarder dans l'objectif. Les visages des modèles sont masqués par des fragments de papiers ajourés blancs imitant la dentelle et ajoutés à la photo, en ayant recours à la technique du photogramme. L'absence des visages dénature la signification des gestes, qui en deviennent comiques. L'aplat du photogramme génère un contraste singulier avec le gros grain de la partie photo.
Le « onzième doigt » est celui qui s'ajoute aux dix doigts du modèle pour appuyer sur le déclencheur de l'appareil photo.

Study for « Image à la sauvette »
Dans cette série, des bouteilles en plastique sont présentées déformées, pressées et tordues. Certaines sont jumelées à d'autres bouteilles, donnant un effet de poupée russe. La bouteille, bien que difforme d'apparence garde sa nature de récipient et il paraît plus approprié a priori de qualifier ces travaux photographiques d'études, de « photos de travail » plutôt que de « photos artistiques ».
Cependant, en observant la « photo de travail » maintes et maintes fois, des possibilités illimitées de voir la bouteille en plastique comme sujet d'art photographique viennent à l'esprit. La lumière se réfléchit sur la surface brillante du plastique et définie ainsi la forme déroutante de l'objet entre le réel et l'irréel. Le liquide qui jaillit du goulot de la bouteille est peint directement en vert pâle sur le papier argentique.

Below Orpheus - I The Missing Person - et - II Strange Distance -
Cette série est inspirée par un fait divers et par une légende. En 2006, en Europe, un homme disparaît mystérieusement de sa chambre d'hôtel, fermée de l'intérieur. Yuki Onodera, qui visite la chambre deux ans plus tard pour la photographier, dans l'espoir que la photo apporte des éclaircissements au mystère, se rend compte que cette chambre se trouve très exactement aux antipodes d'un lieu, en Nouvelle-Zélande, où, selon une légende, un prophète serait apparu des entrailles de la terre en 1726 pour annoncer aux habitants de l'île, l'arrivée prochaine des occidentaux. Il n'en fallait pas plus à Yuki Onodera pour relier les deux éléments et parvenir à une supposition extravagante : par un déplacement spatio-temporel, la personne disparue est devenue prophète à l'extrémité de la terre.
La série fait donc voisiner des photographies en plongée de l'intérieur de la chambre d'hôtel et des polaroids pris aux antipodes de celle-ci.


A PROPOS DE L'ARTISTE

Yuki Onodera (オノデラ ユキ, Onodera Yuki) est née à Tokyo en 1962. Elle installe son atelier à Paris en 1993 et a exposé depuis lors son travail dans le monde entier.

Elle travaille la photographie, principalement en noir et blanc. À la manière d'un artisan, elle tire elle-même ses clichés afin d'avoir le contrôle de son travail du début à la fin. Son œuvre, faite de séries très différentes les unes des autres, s'articule autour du désir de renouveler la photographie et de photographier ce qui ne l'a jamais été. Cette réflexion la conduit à une pratique insolite qui dépasse le cadre de la simple photographie : elle insère une bille dans l'appareil photographique, ou se rend de l'autre côté de la terre pour prendre des photos sur la base d'une histoire construite à partir d'un fait divers et d'une légende.

Elle est aussi reconnue pour ses travaux originaux et artisanaux, comme les tirages manuels sur papier argentiques de grande taille (2 mètres et plus), ou la coloration à l'huile sur tirages noir et blanc.

Ses œuvres sont présentes dans de nombreuses collections et musées du monde entier : Centre Pompidou, San Francisco Museum of Modern Arts, The J. Paul Getty Museum, Shanghai Art Museum, The Tokyo Metropolitan Museum of Photography...

Le détail de ses expositions individuelles et collectives est présenté sur le site de la galerie : www.pierreyvescaer.com.

Vernissage de Yuki Onodera "Impromptus"

Vernissage de Yuki Onodera "Impromptus"
Location:
Pierre-Yves Caër Gallery (Click here to get informations about Pierre-Yves Caër Gallery)
7, rue Notre Dame de Nazareth
75003 Paris
M° Temple, République
France
Phone : +33 (0)1 42 78 39 41
Mail : info@pierreyvescaer.com
Instagram account : pycgallery
Internet Site : www.pierreyvescaer.com

Open the map in a new tab
Date: Wednesday, November 15, 2017
Time: 19:30-20:30 CET
Duration: 1 hour
Category: Art & exhibition opening*
Keywords / Tags: Yuki Onodera, オノデラ ユキ
Number of times displayed: 166

 



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2015 - Tous droits réservés