Vernissage de Giancarlo dell'Antonia / Maurizio Cosua "Scraps"

Thursday, June 28, 2007 18:00-21:00 CEST




Description:
jusqu'au 30 juillet 2007
du lundi au vendredi, de 14h à 18h et le samedi de 15h à 19h

L'impact de la technologie sur la perception de la réalité ainsi que les myriades d'images «génétiquement modifiées» qui nous sont constamment proposées sont au centre de la recherche de Giancarlo dell'Antonia. La quête de l'origine a toujours été au centre de la création de Maurizio Cosua. En témoignent ses œuvres initiales, lignes composées à base de terre, source originelle de la vie.

L'impact de la technologie sur la perception de la réalité ainsi que les myriades d'images «génétiquement modifiées» qui nous sont constamment proposées sont au centre de la recherche de Giancarlo dell'Antonia. L'artiste est conscient que la photographie est parfois insuffisante pour représenter le réel et que les images qui en surgissent sont toujours un mélange entre réalité et artifice ce qui modifie notre perception des choses. Les œuvres de Giancarlo dell'Antonia mettent en évidence ces modifications en nous révélant la forte dichotomie entre la réalité ou la volonté de sa représentation et l'image. L'oubli de cet état des choses est, selon l'artiste, une des causes fondamentales de la frustration de l'homme contemporain.

Les œuvres exposées à la Galerie Kernot Art font partie de la série «Quand je marche, les lieux bougent». Le sujet est le parcours que Giancarlo dell'Antonia effectue tous les jours de chez lui pour se rendre au travail. Les éléments de base sont typiques du paysage du Nord Est de l'Italie et sont facilement identifiables : les arbres, l'architecture des maisons, les toits, etc. En partant d'une photographie dont les images sont retouchées au crayon numérique, Giancarlo dell'Antonia les restructure en utilisant plusieurs techniques allant du photomontage à la mise en œuvre de logiciels professionnels d'architecture et de graphisme. Les pièces ainsi recomposées et «graphiquement modifiées» nous sont reproposées avec des couleurs pantone très fortes et un effet translucide donné par l'impression lambda, afin de recréer l'effet visuel de la peinture et de perturber notre référentiel initial.

L'installation de son parcours sur la paroi est vouée à amplifier la perte de nos repères associés aux paysages et aux distances pour ensuite les retrouver et se réconcilier avec eux. L'exposition part (à gauche) d'une première œuvre en noir et blanc ou l'absence de repère est totale, le paysage dans cette pièce n'étant plus reconnaissable, se poursuit par des œuvres aux couleurs violentes (bleu et fuchsia) symbolisant un lieu artificiel puis, grâce au dessin, à la photographie et aux structures anthropomorphe, se termine par la reconstitution du paysage ou de ce qui en reste après sa transformation.

Maurizio Cosua
En regardant les œuvres de Maurizio Cosua on ne peut que penser à la ligne, geste fondamental dans la création d'une image, considérée comme étant à l'origine de la peinture. On pourrait ainsi évoquer l'histoire racontée par Pline dans la «Naturalis Historia» où deux artistes, Protogène et Apelle, s'affrontent devant une toile; Apelle en prenant un pinceau trace une ligne colorée extrêmement subtile sur la toile encore vide préparée par Protogène qui à son retour trace une deuxième ligne d'une autre couleur encore plus subtile à l'intérieur de celle d'Apelle. Ce dernier trace alors une troisième ligne encore plus subtile entre les deux précédentes ne laissant plus de place pour en ajouter une autre. Protogene s'avouant alors vaincu voulu que l'on conservât telle quelle cette toile destinée à faire l'admiration de tous. La ligne s'est donc affirmée dès l'origine comme la représentation et l'identification ultime du peintre avec le processus artistique qui se manifeste à travers le geste.

Celles de Maurizio Cosua sont faites de papier et de peinture se répétant comme des pulsations rythmant notre destinée. «Je ne laisse pas passer un jour sans tirer un trait» dit-il dans son atelier. Ses lignes naissent du découpage de papiers, cartons et autres d'objets «retaillés» que l'artiste trouve dans son atelier ou dans les lieux qu'il parcourt. Parfois ce sont même d'anciennes œuvres de l'artiste qui sont coupées, peintes et enserrées dans des boîtes en plexiglas, qui retrouvent ainsi leur nouvelle vie tout en gardant imprimées des traces de leur conception initiale.

Cette quête de l'origine a toujours été au centre de la création de Maurizio Cosua. En témoignent ses œuvres initiales, lignes composées à base de terre, source originelle de la vie. Les œuvres de Maurizio Cosua nous interpellent sans détour sur les commencements, nous renvoyant à notre propre genèse et nous projetant avec beaucoup d'émotion dans le vertige de la création dans des pièces extrêmement raffinées et essentielles.
Location:
Galerie Alberta Pane (Click here to get informations about Galerie Alberta Pane)
ex : Kernot Art Gallery
47, rue de Montmorency
75003 Paris
M° Rambuteau, Etienne Marcel, Arts et Métiers
France
Phone : +33 (0)1 43 06 58 72
Mobile : +33 (0)6 11 29 40 94
Mail : info@galeriealbertapane.com
Twitter account : AlbertaPane
Instagram account : galeriealbertapane
Internet Site : www.galeriealbertapane.com

Open the map in a new tab
Date: Thursday, June 28, 2007
Time: 18:00-21:00 CEST
Duration: 3 hours
Category: Art & exhibition opening*
Keywords / Tags: Giancarlo dell'Antonia, Maurizio Cosua
Number of times displayed: 1348

 



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2018 - Tous droits réservés