Vernissage de Lulù Nuti "MORE"

Thursday, April 26, 2018 18:00-22:00 CEST




Description:
Exposition:
27.04 - 27.05.2018
Vernissage:
26 mai à partir de 18h

Curateur:
Azad Asifovich

Vernissage de Lulù Nuti "MORE"
Photo: Lulù Nuti / vue d'atelier, 2018

La Galerie Mansart a le plaisir de vous convier au vernissage de MORE, première exposition personnelle à la galerie de l'artiste italo-française Lulù Nuti. La narration sera constituée principalement d'une série réalisée pendant la traversée de l'Atlantique à bord du Cargo Cielo d'Italia, durant la résidence The Owner's Cabin, où l'artiste a enregistré son voyage de Tubarão (Brésil) à Rotterdam (Pays-Bas) sur différents supports (vidéo, sculpture, dessin), avec comme outils la cargaison, l'Océan, le vent et leur imprévisible résultat sur la matière.
MORE représente un focus sur une partie des pièces réalisées à bord, avec le hasard comme point de départ formel de l'expérimentation des réactions entre les matériaux classiques de la sculpture et éléments naturels. Cette exposition se révèle à à la fois comme un aboutissement et un tournant dans la pratique de Lulù Nuti, un point de convergence intergénérationnel où certains aspects de l'histoire personnelle de l'artiste émergent à travers les œuvres présentées.

Un deuxième rendez-vous est prévu en mai pour la présentation d'une édition d'artiste intitulée « Autoproduction » où Lulù Nuti retrace tous les objets « perdus » (la plupart des bijoux) afin de produire des œuvres. L'édition recueille une partie de la production de l'artiste de 2012 à 2016, année où son travail commence à être en partie soutenu par des organismes extérieurs (D'Amico group, Bikini Art Residency, Galleria Alessandra Bonomo, Galerie Mansart).

Vernissage de Lulù Nuti "MORE"

MORE - Lulù Nuti à la Galerie Mansart

In hoc signo

Itinérante, nomade, Lulù Nuti navigue entre les concepts et leurs représentations, plonge dans la matière, explore ses résonances plastiques, travaille avec son énergie et ses points de rupture, y insuffle du vivant. Elle traverse le personnel en l'abouchant à l'universel, suit l'épiphanie de l'instant, édicte ses propres lois, les contourne, transgresse, éclot dans la polysémie des choses. Une polysémie, brute, complexe, dans son apparent dépouillement. Une densité sans artifice.

Son travail, son geste, s'efface dans l'œuvre-même qu'elle présente et qui paradoxalement, en est toute imprégnée. Eléments naturels et artificiels participent de la forme. Certaines de ses sculptures sont des micro-organismes qui travaillent en silence avec le temps.

Les concepts d'équilibre, de précarité et de mutation s'imposent depuis quelques années dans son travail. Le spectateur doit-il participer ou non à ce basculement, être témoin ou acteur de ce changement de forme ? Emerge la question de la responsabilité et/ou de l'impuissance de l'être au monde au XXIe siècle, un monde qui dans une certaine mesure court vers une catastrophe large et silencieuse. Comment l'artiste doit-il acter ? En 2017, Lulù Nuti fait des propositions pour mouler le monde (Calcare il mondo, Bikini Art Residency). Préoccupation scientifique, poétique, performative. Elle recherche des formes dont le contenu et la plasticité se révèlent l'un l'autre. Des pièces véhiculant des informations visuelles que le spectateur puisse capter, saisir dans la matière même (dans son atelier on retrouve métal, béton, cendres, plâtre, plumes...) En moulant le monde, elle crée des accidents tel un scientifique tentant de prévoir les risques. La matière enclot les données, enregistre et véhicule des informations, dans sa nature intrinsèque et dans la forme imprimée par l'artiste, accueillant, transcendant les éléments et les rapports de force auxquels elle a été soumise. Le geste de Lulù Nuti se fond dans la matière, par un système de vases communicants. Le concept a été absorbé dans le matériau qui délivre son message au regardant.

Voyage entre les signes

En avril 2017, Lulù Nuti monte à bord du cargo Cielo d'Italia dans le cadre de la résidence The Owner's cabin. A peine embarquée à Tubarão sur la côte brésilienne, elle assiste à la livraison du minerai de fer "iron ore" que va transporter le vraquier jusqu'à Rotterdam. L'immense silo déversant sa cargaison à la nuitée fait un écho gigantesque à l'une de ses précédentes installations : Irreversible (2014), un entonnoir déversant un mélange de fusain, de sable et de cendres. Saisie par cette vision, elle court jusqu'à sa caméra, déterminée à capter l'instant, prend à partie les marins pour qu'ils la guident aux endroits où elle va pouvoir saisir la puissance de cet immense sablier. La vidéo qui en résulte (Iron Ore) est marquée par l'urgence et les aléas des mises au point nocturnes dans la saisine du flux. L'événement est fondateur, son travail sur le navire de charge prend une tournure subséquente. Les hasards sont perçus comme signes d'action. La poudre ocre du minerai de fer se dépose sur l'ensemble du cargo, révèle des traces fraîches aux nuances de mûres écrasées. S'y impriment les godillots des marins, l'empreinte du vent dont la force du souffle est rendue visible, s'y agrègent les dépôts de sel, les auréoles de la pluie, les aspérités de la peinture, les brillances métalliques et la rouille du temps. Une phrase d'Antonioni ricoche qui associe le souvenir à une poudre colorée. Lulù Nuti apprend que ce même minerai de fer a été à l'origine de la catastrophe écologique majeure qui a transformé la rivière du Rio Dulce en Rio Muerto.

L'artiste commence à mouler le sol autour de sa cabine. Elle y jette le plâtre et la matière fraîche absorbe par cristallisation les visibles traces. Son premier grand format ne rentre pas dans sa cabine. Ainsi soit-il. Elle décide de le laisser dehors à la merci ou faveur des éléments. Le lendemain matin son plâtre est fissuré, elle le plie, il se maintient et s'articule en une forme sculpturale. La perte est constitutive. L'œuvre est là. Dans son nouvel équilibre (Rome). Durant la traversée de l'Atlantique, elle va explorer différents endroits du bateau, produit grands ensembles de plâtre et fragments, dessine des contours de débris, numérote, entre cartographie et archéologie (Orme). Elle s'approprie des habitudes de marins et note scrupuleusement les coordonnées du lieu où telle ou telle empreinte a été capturée et par quel vent les plaques de plâtre ont été brisées.

Lulù Nuti moule le monde et ses propres moulages deviennent organiques, dans le magma de la filasse, du plâtre et de ses propres draps qu'elle découpe dans l'urgence. Elle traque les signes, la situation emporte les hasards qui révèlent la marche plastique à suivre.

Le 10 mai 2017, le capitaine lui reconnaît l'âme d'un marin et la baptise à l'occasion de la traversée de l'équateur. A son arrivée à Rotterdam, sa mère l'attend avec un atlas de 1806 retrouvé dans une maison familiale. Elle apprend qu'elle est issue d'une famille d'armateurs, sédentarisés depuis la disparition de parents partis en expédition au Brésil. Sur l'atlas en question, a été rajouté à la main la route maritime qui relie l'Europe au Brésil. Elle assiste à l'extraction de sa propre archéologie familiale. Elle a fait le chemin du retour. Bouleversement de la mise en abîme transgénérationnelle et évidence du signe.

Un an plus tard, après d'autres résidences, sur invitation de Azad Asifovich et de la Galerie Mansart, elle exhume ses boîtes et les plâtres. Décide d'exposer ses pièces dans des cadres, pour préserver leur vie organique. Travaille sur une pièce brisée par une tempête (Mero), restaure en préservant l'esprit de la matière criblée de traces, d'empreintes et de souvenirs. La sculpture est grande, imposante et fragile. En équilibre sur sa propre ruine.

Un monde est là qu'elle traduit. En artiste alchimiste, Lulù Nuti réduit les idées à leur plus simple expression qui est un concentré de matière. Le souci de l'épure la guide et transmue les aléas en ligne de force. Faire silence, se recueillir, écouter la manifestation, deviner l'archéologie du geste, contempler le déploiement du présent. L'énergie lumineuse de son travail transparaît.

Un monde bouleversant s'impose et se dispose par son empreinte. Le spectateur est invité à naviguer entre les œuvres et les signes, à y trouver son itinéraire et y superposer sa propre histoire, à modifier sa temporalité pour pénétrer la surface de la matière inerte animée, à jouer à son tour d'anagrammes, de sens emmêlés et de polysémies.

L'exposition à la Galerie Mansart est nommée MORE : prononcé en russe cela signifie la mer ; en anglais plus ; en italien les mûres ; en français, la more détermine le poids d'une syllabe lors de sa phonation (issu du latin mora signifiant retard)... Dans MORE, il y a Rome ; il y a Orme qui en italien signifie les traces fraîchement laissées dans la matière et Mero qui, en grec, signifie la partie d'un tout.
Pendant le temps de l'exposition, l'artiste ouvre aussi son espace de travail sur rendez-vous à la Villa Belleville où elle est actuellement en résidence.
Pulchérie Gadmer

Vernissage de Lulù Nuti "MORE"

Lulù Nuti (1988)

Après l'obtention de son diplôme à l'École Nationale Supérieure des Beaux Arts de Paris en 2012 (Atelier Elsa Cayo et Philippe Renault) Lulù Nuti privilégie les projets in-situ, parmi les-quels : Un lieu possible, installations dans l'espace public à l'occasion de la Nuit Blanche (A Linea Courbevoie, 2016), Sistema, exposition personnelle au sein du site archéologique des Case Romane del Celio, curateur Carlotta Monteverde (Roma, Italy, 2015).

Son travail a également été présenté au sein d'Institutions telles que la Cité Internationale des Arts (Biennale du Dessin, Paris, 2014), Galerie Sainte Catherine (Attractions, Rodez, France, 2014), Istituto Romeno di Cultura e Ricerca Umanistica di Venezia (Premio Arte Laguna, 2011), Galleria Alessandra Bonomo (PART 1, Rome, 2018).

En 2017 elle est invitée par Bikini Art Residency pour une résidence de production sur le Lac de Côme, elle participe au projet BOCs Art in Cosenza (Italy), entrant ainsi dans la collection permanente du Musée d'Art Contemporain de la ville, et embarque sur le Cargo Cielo d'Italia invitée par la résidence The Owner's Cabin.

Elle est en ce moment en résidence à la Villa Belleville, Paris.

Vernissage de Lulù Nuti "MORE"

Vernissage de Lulù Nuti "MORE"
Location:
Galerie Mansart (Click here to get informations about Galerie Mansart)
Galerie François Mansart
5, rue Payenne
75003 Paris
M° Saint-Paul, Chemin Vert
France
Phone : +33 (0)9 52 48 86 08
Mail : contact@galerie-mansart.fr
Twitter account : GMansart
Instagram account : galerie_mansart
Internet Site : www.galerie-mansart.fr

Open the map in a new tab
Date: Thursday, April 26, 2018
Time: 18:00-22:00 CEST
Duration: 4 hours
Category: Art & exhibition opening*
Keywords / Tags: Lulù Nuti
Number of times displayed: 355

 



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2020 - Tous droits réservés

WebAnalytics